62 % des ressources du réseau de France Alzheimer sont issues de la générosité du grand public et des partenariats privés. De quoi justifier la rigueur de gestion à laquelle s’astreint l’association depuis sa création.

Qu’il soit donateur, bénévole, partenaire ou sympathisant-adhérent : chacun constitue un maillon essentiel de l’action menée par France Alzheimer et maladies apparentées à destination des familles confrontées à la maladie.

Au-delà de la reconnaissance que se doit de leur témoigner l’Association devant cette marque solidaire de confiance, il appartient à France Alzheimer et maladies apparentées de rendre compte de sa « bonne gestion » des fonds dont elle bénéficie. Le modèle socio-économique mis en place par France Alzheimer et maladies apparentées respecte scrupuleusement l’indication phare du monde associatif, à savoir : 70 % des dépenses pour les missions sociales, 20 % des dépenses pour la recherche de fonds, 10 % des dépenses pour le fonctionnement.

D’où proviennent nos ressources?

Dans les domaines du médico-social, de l’accompagnement, du soutien ou de la réponse aux situations de souffrance, les actions de France Alzheimer et maladies apparentées sont menées principalement par les 2 200 bénévoles qui interviennent dans les 101  associations départementales. Globalement, ces actions sont financées par la générosité du grand public, les produits des libéralités (legs, donation et assurance vie), les fonds privés issus du mécénat et de partenariats, de subventions et autres concours publics et enfin d’autres produits comme ceux issus de nos séjours vacances ou encore de la formation professionnelle.

Comment nos ressources sont elles utilisées ? 

En 2020, 75 % de ces ressources sont attribuées aux missions sociales, 15 % à la recherche de fonds et 10 % au fonctionnement. Depuis 2010, France Alzheimer n’a eu de cesse d’augmenter le poids du budget attribué aux missions sociales en raison, notamment de l’augmentation de nos actions de soutien aux familles.

Le total des dépenses liées aux missions sociales engagé par le réseau France Alzheimer et maladies apparentées est de près de 13,5 millions d’euros dont 8,5 millions sont financés par la générosité du public.  Pour rappel, nos quatre missions essentielles de France Alzheimer et maladies apparentées sont réparties selon trois groupes budgétaires : soutenir les personnes malades et leur famille, à travers un rôle d’animateur, de financeur de projets et de coordinateur du réseau ; contribuer aux progrès de la recherche médicale et à la formation des aidants familiaux, des bénévoles et des professionnels ; sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics sur l’impact de la maladie et ses conséquences notamment vis-à-vis des familles.

À noter que la générosité du public, qu’elle soit financière, matérielle ou qu’elle se traduise par un engagement dans les activités de l’association représente un formidable levier de solidarité à l’échelle nationale. L’analyse des dépenses et des ressources doit donc se faire au regard de cette spécificité. Il faut tenir compte des apports financiers et matériels de l’association pour appréhender les indicateurs du compte d’emplois des ressources. Cela est valable qu’il s’agisse du flux financier ou de la valorisation du temps des bénévoles. Ces derniers sont, en effet, des acteurs de l’association, mais aussi des décideurs, notamment pour la gestion des fonds collectés dont ils assument la responsabilité.

Pour rappel, le réseau France alzheimer fonctionne essentiellement grâce au bénévolat qui représente plus de 225 000 heures effectuées par ces derniers pour accompagner les familles concernées par la maladie.

La générosité du public est un gage d’indépendance. Elle permet à France Alzheimer et maladies apparentées d’interpeller librement les pouvoirs publics. Toutes ces ressources humaines et matérielles sont essentielles pour permettre aux associations de poursuivre leur mission au service des familles, dans un contexte de contrainte budgétaire toujours forte.

 

Le label du Comité de la Charte du Don en confiance

France Alzheimer et maladies apparentées est agréée par le Comité de la Charte du Don en confiance. Organisme à but non lucratif, le Comité exerce, depuis plus de vingt ans, la mission de contrôle de l’appel à la générosité publique. Son action se fonde sur l’élaboration des règles de déontologie, l’agrément des organismes volontaires pour se plier à une discipline collective vis-à-vis des donateurs et le contrôle continu des engagements souscrits. Les quatre champs du contrôle continu exercé par les contrôleurs du Comité sont le fonctionnement statutaire et la gestion désintéressée, la rigueur de la gestion, la qualité de la communication et des actions de collecte de fonds, et la transparence financière.

Pour plus d’informations : www.donenconfiance.org

Les contrôles des organismes externes

En tant qu’association reconnue d’utilité publique, les comptes de France Alzheimer et maladies apparentées sont soumis au contrôle d’un commissaire aux comptes. À noter que, tout au long de l’année, des audits approfondis sont menés par ces différents bailleurs publics et privés.

Lutter contre la maladie,
c'est aussi s’informer

Recevez des actualités, conseils, et outils dédiés

France Alzheimer c'est près de 2200 bénévoles
répartis sur 101 associations