19 juin 2019
Devenir bénévole pour partager son expérience et se sentir utile

Le bénévolat est le pilier de l’action de l’association France Alzheimer et maladies apparentées. Le réseau compte près de 2 500 bénévoles. Beaucoup ont trouvé de l’aide auprès d’une association départementale avant de la soutenir.

Près de 2 500 bénévoles sont actifs au sein des 99 associations départementales France Alzheimer et maladies apparentées. Parmi eux, Françoise Buisson, vice-présidente de France Alzheimer Paris. « Comme beaucoup d’autres personnes à France Alzheimer, je suis devenue bénévole parce que j’ai été touchée de près par la maladie, parce que ma maman a eu la maladie d’Alzheimer. »

Françoise McCormick, vice-présidente de France Alzheimer Essonne, et Jacqueline Dubois, vice-présidente de France Alzheimer Cher, sont arrivées au sein de leur association pour la même raison. Elles ont tout d’abord obtenu du soutien de la part de l’association avant de s’y impliquer de manière bénévole.

Les missions sont multiples : participer à la formation des aidants, tenir un stand d’information lors de festivités, rédiger le bulletin départemental, accompagner des malades et des aidants dans un accueil de jour, tenir des permanences d’accueil, animer une halte relais…

Pour remplir ces missions, « il faut avoir le sens de la relation et de l’écoute, il faut avoir de l’empathie avec les familles pour pouvoir échanger », glisse Jacqueline Dubois. « Nous pouvons d’ailleurs dire à ces familles que nous avons un peu vécu la même chose qu’elles, les mêmes épreuves. Ces familles se sentent alors en confiance avec nous. »

« Et l’avantage à France Alzheimer », ajoute Françoise Buisson, « c’est que les bénévoles sont formés. »

L’action des bénévoles est essentielle pour faire vivre leur association et pour les personnes en quête de réponses. Elle est également bénéfique pour les bénévoles eux-mêmes. « C’est un peu une thérapie pour moi », souligne Jacqueline Dubois. « Ma maman est malade depuis plus de 14 ans maintenant, j’ai vécu des moments difficiles, et quand j’encadre la formation des aidants par exemple, cela me permet à moi aussi d’échanger avec les autres, de vider mon sac… »

« J’ai toujours été très active dans ma vie », ajoute Françoise Buisson. « Je suis aujourd’hui retraitée et le bénévolat à France Alzheimer est clairement une des raisons pour lesquelles je me lève chaque matin. »

Françoise McCormick acquiesce, avant d’enchaîner. « Au-delà des réponses et de l’aide que j’étais venue chercher à France Alzheimer puisque j’accompagnais ma maman malade, le bénévolat m’a permis de m’épanouir. J’ai fait de très belles rencontres, j’ai noué des amitiés… J’ai aussi acquis un regard sur le vieillissement, sur la mort. Tout cela m’a rendu beaucoup plus forte. Et puis, avec de petites attentions, avec de l’empathie pour les familles touchées par la maladie, on arrive à se sentir efficace et utile. Cela me procure un grand bonheur. Et les personnes que l’on aide nous le rendent bien. »

Si vous souhaitez vous aussi vous engager, les associations départementales de France Alzheimer et maladies apparentées dont font partie Françoise Buisson, Françoise McCormick et Jacqueline Dubois recherchent fréquemment des bénévoles pour assurer diverses missions.

Réécoutez l’émission Nos questions vos réponses sur « Tout savoir sur le bénévolat »

Légende photo : Françoise Buisson et Françoise McCormick