L’avis du CESE en phase avec les critiques de l’association France Alzheimer et maladies apparentées

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a rendu, ce mercredi 26 mars, un avis sur le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement. Plusieurs conclusions du CESE rejoignent celles formulées par l’association France Alzheimer et maladies apparentées. A commencer par celle d’une réforme aux moyens trop limités pour répondre aux besoins concrets des familles sur le terrain.

Suite à la présentation le 12 février dernier par Jean-Marc Ayrault, du projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, France Alzheimer avait immédiatement réagi sur les ressources mobilisées par le Gouvernement, les qualifiant de goutte d’eau dans un océan de besoins. Le CESE souligne que  « le financement de ce projet de loi par la seule CASA, soit 645 millions d’euros, n’est pas à la hauteur des ambitions affichés et ne répond pas aux besoins ». Il n’hésite d’ailleurs pas à pointer spécifiquement les montants consacrés à la revalorisation de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) jugés « insuffisants ».

Si comme le CESE, France Alzheimer et maladies apparentées constate que cette revalorisation va « dans le bon sens », l’association estime pourtant que le Gouvernement ne se donne pas les moyens de ses ambitions. En effet, une grande partie de la revalorisation de l’APA ne concerne qu’une minorité des personnes en perte d’autonomie. De plus, le budget alloué ne répond que très partiellement aux problématiques liées à l’accompagnement des aidants. L’association l’avait d’ailleurs fait savoir lors de ses nombreuses rencontres avec les ministères et le CESE.

Mettre fin aux discriminations

France Alzheimer et maladies apparentées rejoint le CESE dans son souci de voir la future loi mettre fin à certaines formes de discrimination et d’injustice. Le CESE rappelle la nécessité d’ouvrir le débat sur la révision de l’outil d’évaluation de la perte d’autonomie (Aggir). Pour France Alzheimer et maladies apparentées, il en va d’une équité essentielle entre les familles sur l’ensemble du territoire. L’instauration d’un système de péréquation, plébiscité par le CESE, permettrait de palier les inégalités territoriales et envisager un « rééquilibrage des participations financières de l’Etat et des départements ».

A la lecture du projet d’avis rendu par le CESE, France Alzheimer et maladies apparentées se félicite également que celui-ci se positionne en faveur de la suppression de la barrière d’âge. Cette discrimination liée à l’âge est inacceptable et profondément injuste. L’association milite pour que soit enfin opérée la convergence des prestations de compensation de la perte d’autonomie.

En attendant le futur Plan maladies neurodégénératives

En ce qui concerne la question des expérimentations sur les parcours de santé des personnes en perte d’autonomie relevées par le CESE, France Alzheimer et maladies apparentées rejoint la position du Conseil qui conclut que « celles-ci ne relèvent pas du projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement ». Pour l’association, elles relèvent davantage de la « stratégie nationale de santé » et concerne le champ d’actions du futur plan maladies neurodégénératives. A noter qu’à ce jour, les familles sont toujours en attente depuis la fin du Plan Alzheimer en 2012, des arbitrages du Gouvernement sur l’évaluation du Plan 2008-2012 réalisée par le professeur Ankri.

Les débats parlementaires vont prochainement débuter sur le volet de la réforme sur l’autonomie. L’association entend bien en être partie prenante. Pour cela, elle entend maintenir et amplifier son action de mobilisation qui est à découvrir sur http://lemanifeste.francealzheimer.org. Chacun pourra y lire son Manifeste pour une réforme adaptée aux besoins concrets des familles et s’engager aux côtés de France Alzheimer et maladies apparentées.
A ce jour, près de 50 000 français ont déjà signé le manifeste.

Contacts

Agnes Gorczyca, 01 42 97 53 06 / a.gorczyca[at]francealzheimer[point]org
Imad Taalabi, 01 42 97 99 85 / i.taalabi[at]francealzheimer[point]org

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.