Les groupes de parole, un lieu d’échanges pour « libérer la parole des aidants »

4 mars 2018
Les groupes de parole, un lieu d’échanges pour « libérer la parole des aidants »

Focus sur...

3 questions à Maurice Liegeois, psychologue clinicien, sur les "groupes de parole"

Depuis 2011, l’association France Alzheimer Sarthe assure des « groupes de parole » pour permettre aux familles accompagnant un proche atteint d’une maladie neuro-dégénérative de se rencontrer et d’exprimer leurs difficultés. Organisés deux fois par mois*, les groupes sont animés par Maurice Liegeois, psychologue clinicien.  Rencontre.

 

1) Qu’est-ce qu’un « groupe de parole » ?

Offrir un lieu et un espace d’écoute réciproque, pour libérer la parole des aidants, en mal-être ou en difficulté dans leur relation d’accompagnement. C’est un espace intimiste, un peu à l’image d’un “ventre bienveillant“, un lieu de ressourcement et de maturation de l’aidant en devenir.

« Les aidants de ces groupes partagent les mêmes problèmes, les mêmes angoisses et sont confrontés, au quotidien, aux mêmes situations stressantes, génératrices de mal-être, et à court terme de souffrance »

Les aidants de ces groupes partagent les mêmes problèmes, les mêmes angoisses et sont confrontés, au quotidien, aux mêmes situations stressantes, génératrices de mal-être, et à court terme de souffrance. Le groupe devient, au fil des rencontres, aidant et bienveillant pour ses membres, afin qu’ils puissent traverser les moments de crise, de doute, ou de désespoir. La qualité d’écoute du groupe facilite le travail d’intégration et d’acceptation des difficultés quotidiennes des aidants. Les relations de bienveillance entre les participants permettent aussi à chacun de cultiver et de renforcer l’espoir, en faisant toujours un pas de plus. Certains participants viennent pour quelques mois… d’autres quelques années… d’autres viennent depuis l’origine de ces groupes… mais d’autres aussi reviendront pour enclencher le travail de deuil, avant le décès de la personne aimée.

2) Qu’apportent ces séances aux aidants ?

La première aide que l’aidant va apporter c’est d’abord à lui-même, en apprenant à consolider ses fondations physiques et psychologiques pour tenir dans la durée. Accompagner dans le temps, c’est aussi gérer son capital physique et relationnel, tout en se préservant. Les aidants, au fil de leur engagement dans ces groupes de parole, vont aussi élaborer des attitudes positives afin de se préserver, de se protéger pour faire face aux difficultés quotidiennes.

« Accompagner dans le temps, c’est aussi gérer son capital physique et relationnel, tout en se préservant »

Les participants vont également au fil des rencontres tisser des liens sous forme d’un mini réseau, avec échange des numéros de téléphones. Avec le temps, des affinités vont naître, une forme d’entraide informelle va devenir opérationnelle. Ce mini réseau d’aidants “partageant“ les mêmes difficultés va, dans une certaine mesure, “compenser“ les proches et amis, qui n’osent plus venir rendre visite à la personne malade. Les participants se donnent aussi les moyens d’apporter de la convivialité dans le partage émotionnel, mais aussi partagent des moments d’agapes pour “adoucir larmes et colères“, et repartir plus apaisés, moins stressés, davantage motivés, afin d’avancer sur le chemin de l’accompagnement, en cultivant l’espoir de toujours pouvoir faire un pas de plus.

3) Quel est votre rôle au sein du groupe, en tant que psychologue et « animateur » ?

L’animateur de ces réunions est le garant de la circulation de la parole ; il veille au temps de parole, afin que tous puissent déposer “leur histoire“ et “leur vécu“. L’animateur peut prendre la posture du facilitateur d’émergence, du catalyseur des potentialités des participants, etc. afin que chacun puisse contacter ses ressources internes archaïques pour élaborer des stratégies d’adaptation au niveau du réel quotidien. L’animateur au sens premier est là aussi pour “insuffler“ la vie, accompagner le groupe. Il est là pour accompagner, sans pousser et sans tirer ; il facilite les potentiels des participants à élaborer “leur“ solution à partir de leur histoire et de leur vécu ; il n’est pas un directeur de conscience, ni un distributeur de conseils, il facilite chacun à devenir “acteur“ et “auteur“ de sa propre existence.

« Bien souvent le premier participant qui prend la parole un peu sur le mode de l’urgence, est à la limite du débordement émotionnel »

En début de séance, après les civilités et le plaisir manifesté de se retrouver ensemble, l’animateur demandera qui a besoin de prendre la parole rapidement. Bien souvent, le premier participant qui prend la parole un peu sur le mode de l’urgence est à la limite du débordement émotionnel, éprouvant une tension interne qui peut se liquéfier dans les larmes ou dans une parole de colère. Le groupe est dans une dynamique d’écoute bienveillante, recevant les “dits“ et “l’éprouvé“ de ces mêmes “dits“. Le groupe fait l’effort permanent de rester sur le mode de la parole à connotation positive, sécurisante, apaisante, compréhensive, sans jugement de valeur, ni d’ingérence dans la vie d’autrui. Cette liberté de parole facilite l’expression et la libération des tensions internes.

TÉMOIGNAGES DES AIDANTS

“Ce groupe de parole m’apporte un soutien moral très important et aussi une écoute qui m’a permis de libérer ma parole et mon chagrin… »

“Heureusement que j’avais ce groupe de parole car, à plusieurs reprises, j’ai eu envie de tout arrêter…“

“Ce groupe de parole “Alzheimer » me propose des conseils sur des comportements ou attitudes à éviter. J’avais aussi suivi la formation pour les aidants, pour comprendre cette maladie. Je ne peux plus me passer de ce groupe car il y une grande qualité d’écoute de soi et des autres qui nous aide à progresser dans mon accompagnement. »

“Au début, les premiers mois m’ont permis de prendre du recul en m’apercevant qu’il y avait des situations plus dramatiques que celles de maman. Au fil des années, les échanges ont développé des relations amicales, et maintenant, mon expérience, j’aime la partager avec les nouveaux arrivants, car ma maman est en sécurité dans un EHPAD et je suis beaucoup plus sereine. »

“Le groupe de parole m’a apporté du soutien quand j’étais désemparé par rapport à l’évolution de la maladie, et puis j’ai aussi appris à mieux réagir face aux comportements de la personne atteinte. »

“J’apprécie les échanges d’expériences de chacun dans la prise en charge de “nos Alzheimer“ respectifs qui nous permettent d’évoluer vers du mieux. Ce groupe est aussi l’occasion de « vider » son cœur, son âme, sur les difficultés quotidiennes que l’on rencontre dans ces prises en charge. Et puis après c’est presque de « l’addiction », pour la convivialité, l’efficacité et le soutien du groupe. »

“Ce groupe de parole permet de se ressourcer face à la maladie de nos parents. Il me permet aussi d’évacuer le « stress », de vider « son sac » et de trouver des liens d’écoute et de chaleur humaine. »

« Je me sens très bien dans ce groupe, je suis en sécurité et j’ose parler de mes moments difficiles sans être jugé. J’ai progressé dans l’accompagnement de mon parent, et ai développé la patience d’être présente à ses côtés. »

Informations *

Les groupes de parole ont lieu le samedi matin, dans les locaux de l’association, au Mans. Les séances durent environ 2h. Elles sont animées par Maurice Liegeois, psychologue clinicien, qui intervient auprès de l’association France Alzheimer comme professionnel et prestataire de service depuis 2011. Il anime aussi une dizaine de formations de 5 modules de 15 heures, et des consultations psychologiques pour les aidants.

Renseignements : francealzheimersarthe@gmail.com

02 43 28 76 52

GROUPES DE PAROLE ET ENTRETIENS INDIVIDUELS  AVEC UN PSYCHOLOGUE

Regardez vette vidéo :  https://www.youtube.com/watch?v=Uj5QZxErTmI