Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 20 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).

La toilette / l'habillage

Mise à jour le 28 Juin 2017
-A +A

Au moment de la toilette, il est indispensable de prendre en compte les diverses difficultés inhérentes aux altérations cognitives pour aménager l’environnement et adapter vos attitudes.

Qui intervient ?

Lorsque la toilette devient difficile à réaliser, il est souvent compliqué de mettre en place une aide à la personne malade car on entre dans son intimité. Celle-ci doit donc être proposée progressivement.
L’intervention d’un membre de la famille pour ce type de soin ne doit pas être banalisée.

Quel que soit votre lien avec la personne malade, vous n’aurez certainement jamais eu accès au corps de votre proche de cette manière. Cela va retentir sur votre relation. C’est pourquoi l’intervention d’un professionnel est souvent souhaitée pour accompagner la toilette.

Prendre le temps d’expliquer

La toilette doit être présentée comme un plaisir et non une contrainte.  Si le mot « toilette » effraie la personne, il peut être opportun d’utiliser d’autres formulations comme « je vais m’occuper de toi », « nous allons te faire beau/belle ». Il faut prendre le temps d’expliquer à la personne malade le processus de la toilette.

Si elle a encore des initiatives sur des étapes simples de la toilette, il est essentiel de la laisser libre de les réaliser. On peut toutefois, si nécessaire, lui simplifier la tâche en ne gardant que les éléments utiles à la toilette, et dans un ordre logique : savon, serviette, brosse à dents, dentifrice.

L'agressivité de la personne peut être liée à la peur ou à l'inconfort.

Il peut arriver que la personne malade exprime de l’agressivité pendant la toilette, elle peut être liée à la peur et à l’inconfort. Il faut tenter de comprendre quel type de toilette est moins angoissant pour la personne malade : au lavabo, la douche, le bain, au lit ?

Faciliter les étapes de l’habillage

La personne malade peut rencontrer des difficultés, voire une impossibilité à s’habiller. Cela va de l’hésitation à une incapacité totale à se vêtir. Si les vêtements sont présentés dans un ordre adéquat la personne malade aura, pendant un certain temps encore, la possibilité de s’habiller toute seule.

Lorsque c’est encore possible, vous pouvez proposer à la personne de choisir comment elle souhaite s’habiller. Cependant mettre la personne face à un choix trop important risque de la placer en situation d’échec, il est donc préférable de ne lui proposer que deux possibilités.

Le choix des vêtements est important pour l’image de soi et pour le confort. Si la personne a des vêtements où elle se sent étriquée, mal à l’aise, elle peut être perturbée durant toute la journée.
 

Pour en savoir plus:

 
 

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.