17 mai 2018
Rencontre avec le député Pierre Dharréville

Député communiste des Bouches-du-Rhône, Pierre Dharréville a déposé une loi pour une reconnaissance sociale des aidants. L’élu a récemment relancé la présidente de la commission des Affaires sociales, Brigitte Bourguignon (LREM, Pas-de-Calais), pour que les débats reprennent sur sa proposition de loi et sur les solutions à envisager pour soutenir les aidants en activité. Un échange en commission pourrait avoir lieu sur ce sujet d’ici la fin du mois de juin.

Pierre Dharréville n’a pas trop de doutes quant au renvoi de son projet de loi en commission, essentiellement à cause du financement des mesures qui le composent. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, avait d’ailleurs prévenu ne pas pouvoir soutenir de propositions trop « coûteuses ». Le député avait estimé le coût des mesures, avec les services de l’Assemblée, à 250 millions d’euros. Agnès Buzyn annonçait de son côté un montant de 550 millions d’euros, justifiant ainsi le fait de demander à Pierre Dharréville de revoir sa copie. Une aberration pour le député qui tient à  rappeler les économies aujourd’hui permises grâce à l’aide informelle de près de 10 millions d’aidants et qui s’inquiète du coût à l’avenir si rien n’est fait pour les soutenir aujourd’hui.

Concernant le financement de la dépendance en général et du « grand chantier » que le gouvernement s’apprête à ouvrir, Pierre Dharréville a confié n’être convaincu ni par la création d’une 2ème Journée de solidarité, ni par la création d’un 5ème « risque » de l’Assurance maladie.

Concernant la première « solution » envisagée par le président de la République, le député ne conçoit pas que l’on puisse actuellement demander un effort supplémentaire aux salariés. S’il est clair que l’Assurance maladie devra assumer ce « grand chantier » et que les pouvoirs publics devront lui en donner les moyens, le député ne voit pas l’intérêt d’encadrer la dépendance au sein d’une nouvelle branche et de l’écarter ainsi du régime général. Un découpage supplémentaire inutile qui risque même de desservir l’objet de sa création.

En attendant, Pierre Dharréville reste très investi sur le sujet, il prévoit de publier un livre sur la question des aidants en activité professionnelle, à la rentrée prochaine. Le député espère que cet « outil » permettra de « nourrir la réflexion publique » et d’aider chacun à comprendre l’ampleur de l’enjeu que cette question représente.

992x500