31 octobre 2019
Bruno Dubois publie un livre pour tordre le cou aux idées reçues

Le Pr Bruno Dubois explique avec des mots simples ce qu’est la maladie d’Alzheimer, avec une note d’espoir.

Internet regorge d’informations sur les maladies, et notamment sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées. Mais un certain nombre de ces informations sont fausses.

Une situation qui a poussé le professeur Bruno Dubois, neurologue à l’hôpital La Pitié-Salpétrière à Paris et ancien président du comité scientifique de l’association France Alzheimer et maladies apparentées, à écrire et à publier un livre intitulé Alzheimer. Tout savoir sur la maladie du siècle (Editions Grasset, 2019).

« Dans ce livre, je veux expliquer ce qu’est cette maladie et apporter des éléments d’éclairage avec des mots simples sur les symptômes, les lésions, les problèmes qu’elle cause… Bref, je veux répondre à toutes les questions que les gens se posent et me posent souvent », explique Bruno Dubois. « Les gens se posent de nombreuses questions et il faut formuler de bonnes réponses. Or, on retrouve beaucoup de sottises sur Internet et sur les réseaux sociaux. Je lis des informations sur des tests diagnostiques, des conseils alimentaires… J’ai même lu que l’on pouvait guérir de la maladie en prenant de l’huile de coco ou en mangeant des grains de grenades. Les bras m’en sont tombés. Voilà, je pense qu’il était important de déconstruire ces informations, de clarifier les choses, de vulgariser ce qu’était cette maladie. »

Et pour le neurologue, la maladie d’Alzheimer est la maladie du siècle. C’est mathématique. « La population mondiale va aller en vieillissant et va arriver à l’âge où la maladie n’est pas rare. A l’aube des années 2050, la plupart des pays dans le monde auront une population âgée de 65 ans supérieure à 25%, à l’exception du continent africain. Il existe même des simulations sur le nombre de personnes touchées par la maladie d’Alzheimer. Ils seraient un peu plus de 40 millions aujourd’hui et en 2050, ils seraient 150 millions… 2050, c’est bientôt. C’est dans 30 ans. Je ne veux pas faire de catastrophisme, mais cela va bien sûr peser sur les sociétés. »

Le troisième volet du livre du Pr Bruno Dubois est consacré à l’espoir, à la recherche. « Le bilan aujourd’hui des médicaments en développement et qui visent les pistes connues de la maladie, soit la piste amyloïde et la piste Tau, est décevant. Il faut alors se poser les bonnes questions. Les pistes ne sont peut-être pas les bonnes. Les médicaments sont peut-être donnés trop tardivement aux personnes malades. Il faudrait peut-être donner les médicaments à des stades plus précoces. Un point positif est que les médicaments bloquent les lésions, mais le fait que l’on ait des lésions ne suffit pas à déterminer si l’on développera la maladie. Il faudrait que l’on travaille sur les facteurs associés qui vont permettre l’éclosion de l’affection, sur les facteurs de risques. »

Ecoutez l’interview du neurologue Bruno Dubois avec ce podcast d’Alzheimer la radio: