Outre les aspects physiques, la maladie d’Alzheimer entraine de nombreuses répercussions psychologiques pour la personne malade et son entourage. C’est à chacun, et à son rythme, de s’adapter à ce bouleversement majeur.

Avant d’accepter complètement la maladie, la personne atteinte et les proches peuvent passer par cinq étapes clés. Sur ce parcours difficile, chacun avance à sa vitesse.

Le déni

Cette étape est un réflexe de défense : elle ne se contrôle pas. La personne malade ou l’entourage peuvent nier totalement ou partiellement l’existence de la maladie d’Alzheimer.

La colère

Il arrive très souvent qu’avant de prendre conscience de la réalité, la colère explose. C’est à ce moment qu’il y a le plus de conflits voire de ruptures au sein de la famille ou du cercle d’amis. En recherche d’un responsable, il arrive aussi que la personne malade ou les proches affrontent le milieu médical.

« C’est tout à fait normal d’être triste ou résigné »

La culpabilité

Ce sentiment est propre aux proches. En ayant conscience de la réalité de la maladie et des comportements incohérents de la personne malade, l’entourage remet en cause ses propres comportements et se reproche d’avoir mal agi ou de ne pas avoir compris plus tôt.

La dépression

Cette étape est difficile mais nécessaire et même saine. Il est tout à fait normal d’être triste ou résigné. L’entourage et la personne malade peuvent alors ressentir le besoin de pleurer et de parler de ce qui arrive pour donner du sens à cette épreuve.

L’acceptation

C’est la dernière étape… et tout le monde n’y arrive pas. Il ne s’agit en aucun cas d’un renoncement mais de reconnaissance que la maladie est là, qu’il faut faire avec. C’est à ce moment que les proches vont pouvoir s’adapter et s’organiser pour accompagner la personne malade.

Ne pas hésiter à demander de l’aide

L’arrivée de la maladie est violente pour tout le monde. Aussi, pour accepter la réalité, recourir au soutien d’un tiers professionnel et plus particulièrement d’un psychologue peut s’avérer très utile.

 

Lutter contre la maladie,
c'est aussi s’informer

Recevez des actualités, conseils, et outils dédiés

France Alzheimer c'est près de 2200 bénévoles
répartis sur 96 associations