Pour aider les familles confrontées à la maladie d’Alzheimer, l’Association propose, depuis plus de 20 ans, des groupes de parole animés par un psychologue.

Accompagner un proche atteint par la maladie d’Alzheimer peut parfois plonger les familles dans l’isolement et le désarroi. Parler, partager son ressenti et ses expériences est alors très important. C’est pourquoi France Alzheimer et maladies apparentées a mis en place il y a plus de 20 ans des groupes de parole animés par des psychologues. Avec un objectif : aider les familles à réfléchir sur le rôle de l’aidant en élaborant de nouvelles pistes de réflexion.

S’exprimer librement

Ces groupes s’adressent à toute personne accompagnant ou ayant accompagné une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une pathologie apparentée. Ils sont prévus pour tous ceux qui souhaitent s’exprimer librement sur ce sujet en présence de personnes qui vivent la même situation. Toutes les familles adhérentes de l’Association peuvent y participer gratuitement.

Complémentaires des actions de formation des aidants, les groupes de parole se déroulent sur un cycle de 8 à 12 séances par an. Avant de débuter les séances, des groupes sont constitués selon le profil des participants, pour mieux répondre aux besoins de chacun. Pour cela, le psychologue en charge du groupe de parole prend contact préalablement avec les participants. L’intervenant professionnel, psychologue clinicien ou neuropsychologue, peut par ailleurs être assisté par un bénévole aidant ou par un ancien aidant familial.

Rompre l’isolement

Le groupe de parole contribue à améliorer la relation d’aide et à accompagner les différentes phases de la maladie. Il permet également de répondre aux questions qu’elle soulève. En premier lieu, l’intervention du psychologue apporte des informations aux participants sur la maladie et tout ce qui y est lié.

Mais ces échanges permettent aussi aux participants de se libérer de la charge émotionnelle, d’apaiser et de relativiser les situations vécues. Tout en rompant l’isolement dans lequel ils se trouvent parfois, les aidants, grâce aux groupes de parole, peuvent développer des pistes de réflexion pour mieux vivre la maladie au quotidien. Ces discussions favorisent aussi la valorisation et la reconnaissance du rôle de l’aidant. Pour sortir de l’isolement tout en trouvant de nouveaux outils pour faire face à la maladie.

Lutter contre la maladie,
c'est aussi s’informer

Recevez des actualité, conseils, et outils dédiés

France Alzheimer c'est près de 2200 bénévoles
répartis sur 98 associations