La recherche thérapeutique est très active dans le champ de la maladie d’Alzheimer même si, pour l’heure, il est toujours impossible d’enrayer ou d’inverser le processus pathologique.

L’objectif principal de la recherche thérapeutique est le développement de nouveaux médicaments.

Qu’est-ce qu’un essai thérapeutique ?

L’étude des effets d’une molécule chez l’Homme obéit à des règles d’évaluation strictes.

Avant toute commercialisation, les médicaments doivent obligatoirement faire l’objet d’une évaluation des bénéfices et des risques de son utilisation chez l’Homme. La procédure, repose sur la mise en œuvre d’essais cliniques et comprend quatre phases.

Sans la recherche clinique, impossible de mettre à disposition des patients des nouveaux traitements plus efficaces et d’ambitionner une thérapie performante. Sans elle, difficile aussi d’enrichir les connaissances scientifiques sur une pathologie.

Si on souhaite participer : L’essentiel sur la participation aux essais thérapeutiques dans la maladie d’Alzheimer

Focus sur les essais cliniques :

Les essais de phase 1 : ils durent entre 1 et 2 ans, incluent en général un petit nombre de personnes malades (entre 10 à 40). Il s’agit le plus souvent de la première administration d’un médicament à l’Homme. Ces essais visent principalement à évaluer la sécurité et la tolérance du traitement.

Les essais de phase 2, concernent 40 à 80 patients en moyenne. ils doivent confirmer les résultats des essais de phase 1 et permettent notamment d’optimiser les doses à administrer pour un maximum d’efficacité. Ces essais durent généralement entre 2 et 3 ans.

Les essais de phase 3, visent à démontrer l’efficacité d’un traitement. Ces essais incluent plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de personnes malades et durent au moins quatre à cinq ans. Seuls des résultats de phase 3 positifs peuvent déboucher sur une autorisation de mise sur le marché par les autorités de santé.

Une fois commercialisés, les médicaments continuent d’être suivis. Il s’agit d’identifier tout effet secondaire grave inattendu, ou tout mésusage pouvant mettre en jeu la sécurité des patients. On parle d’étude de pharmacovigilance ou études de phase 4.

 

Lutter contre la maladie,
c'est aussi s’informer

Recevez des actualités, conseils, et outils dédiés

France Alzheimer c'est près de 2200 bénévoles
répartis sur 96 associations