Plus de 100 ans après la découverte de la maladie d’Alzheimer, on ne connait toujours pas précisément les causes de cette pathologie neurodégénérative complexe. Pour autant, le volume de connaissances n’a fait que croitre et la prise en soin des personnes malades s’est considérablement améliorée.

Seule une compréhension détaillée des modalités d’apparition et de développement de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées permettra la mise au point de traitements spécifiques et efficaces. Dans la maladie d’Alzheimer, les anomalies des protéines bêta-amyloïdes et Tau ont été mises en avant. Dans les dégénérescences fronto-temporales (DFLT), ce sont des gènes comme COrf9 ou encore PGRN-1 qui sont sous surveillance rapprochée.  Mais nous sommes loin d’avoir découvert tous les mécanismes qui mènent au développement des différentes pathologies. De la prévention aux nouvelles stratégies thérapeutiques, de très nombreuses pistes de recherche sont à explorer.

Les sciences médicales englobent plusieurs thématiques de recherche avec plusieurs objectifs :

– Mieux connaitre les mécanismes de la maladie

  • Comprendre quand, comment et pourquoi les lésions pathologiques s’installent
  • Identifier les facteurs pronostics pour prédire l’évolution de la maladie

– Définir des stratégies de prévention

  • Identifier les facteurs susceptibles d’augmenter (ou diminuer) le risque de développer une maladie neurodégénérative de type Alzheimer

– Améliorer le diagnostic

  • Mieux décrire et affiner les symptômes cliniques témoignant de l’installation de la maladie
  • Développement de marqueurs biologiques spécifiques

– Développer de nouvelles approches thérapeutiques

  • Caractériser et tester des molécules ou des stratégies thérapeutiques capables de bloquer le développement de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées.

Les sciences humaines et sociales

La recherche en sciences humaines et sociales vise à mieux appréhender les difficultés générées par la maladie, à analyser et à décrypter leurs conséquences dans le but d’agir concrètement pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes malades et de leur famille. Ces recherches sollicitent des savoirs pluridisciplinaires allant de la psychologie à l’économie de la santé en passant par le droit ou encore l’éthique.

A l’échelle de l’individu et de la société, il s’agit de :

  • Comprendre le vécu de la maladie par les personnes atteintes mais aussi leur entourage
  • Définir les moyens et les méthodes d’un meilleur accompagnement des personnes malades (pratiques professionnelles, approches psychosociales, cadres juridiques, etc.)
  • Réfléchir aux besoins d’adaptation (place des personnes malades, parcours des aidants, enjeux éthiques, etc.)

Lutter contre la maladie,
c'est aussi s’informer

Recevez des actualités, conseils, et outils dédiés

France Alzheimer c'est près de 2200 bénévoles
répartis sur 96 associations