Le handicap cognitif ne se voit pas. Dans une société qui accélère toujours plus, difficile pour une personne atteinte d’Alzheimer de suivre le rythme et d’affronter la rue. Oui, elle mettra quelques minutes de plus en caisse, à la poste ou au distributeur. Lui en voudrons-nous ? Non, nous l’aiderons à toujours profiter de la ville !

Un symbole fédérateur
Un symbole fédérateur

Personne n’est indifférent. On peut être surpris, désarçonné, troublé… mais pas indifférent face à celles et ceux qui vivent cette maladie éprouvante. Et si porter un symbole de bienveillance était une manière de dire “oui je te comprends et te respecte dans ta dignité humaine” ?

 

Des acteurs de proximité sensibilisés et formés
Des acteurs de proximité sensibilisés et formés

La quête d’un lieu chargé de souvenirs amène parfois les personnes malades d’Alzheimer à errer sur la voie publique. Une source d’angoisse pour leurs familles. Sensibilisés et formés à la maladie, les pompiers et gendarmes sauront adopter les bons réflexes pour entrer en relation, rassurer et accompagner celles et ceux qui sont désorientés.

 

Des « Villes aidantes
Alzheimer »
Des « Villes aidantes
Alzheimer »

Les personnes atteintes d’Alzheimer se voient encore largement réduites au statut de malade, à la parole disqualifiée et aux compétences oubliées. Pourtant, elles ont des choses à dire, à proposer, à partager. En adhérant à la charte “Ville Aidante Alzheimer”, les collectivités affirment leur volonté de faire de l’espace public, un espace qui s’ouvre à nouveau.