Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 35 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--actualit_.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 46 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--actualit_.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 52 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--actualit_.tpl.php).

Risque de déremboursement total des médicaments

Mise à jour le 08 Novembre 2016 | Actualités
-A +A

Suite à l’avis négatif de la commission de la Transparence de l’Haute Autorité de Santé sur le « service médical rendu » des quatre seuls médicaments spécifiques à la maladie d’Alzheimer, Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaires sociales a déclaré qu’il n’y aurait pas de déremboursement total. 

 
Tous les cinq ans, la Haute Autorité de la Santé (HAS) réévalue le « service médical rendu » (SMR) des médicaments prescrits dans le cadre de la maladie d’Alzheimer ou de la maladie à corps de Lewy (maladie apparentée). En 2011, le SMR des médicaments Aricept®, Reminyl®, Exelon® et Ebixa® avait été dégradé  d’« important » à « mineur », avec pour effet un remboursement qui était passé  65% à 15%.  
En octobre 2016, la commission de la Transparence de la HAS a émis dans son avis consultatif la dégradation du SMR de faible à insuffisant, considérant que leur efficacité est « au mieux modeste des médicaments de la maladie d’Alzheimer associée à leur mauvaise tolérance ». 
 

Des traitements symptomatiques 

Les quatre seuls médicaments spécifiques à la maladie d’Alzheimer n'agissent pas sur la maladie elle-même, mais sont susceptibles d'agir sur certains symptômes. Ils ne sont pas prescrits automatiquement par les spécialistes, mais au cas par cas. 
Les quatre molécules utilisées, présentent l’intérêt, même si c’est de façon limitée, d’apporter une amélioration au niveau du comportement et dans la vie quotidienne de certains patients.
Mis sur le marché depuis plus d’une vingtaine années, les contre-indications et les précautions d'usage de ces médicaments sont bien connues des spécialistes qui évaluent au cas par cas leurs bénéfices et leurs risques. 
 

Conséquences d’un déremboursement total 

L’association France Alzheimer et maladies apparentées qui n’a pas été auditionnée par la commission, en charge de l’évaluation des médicaments au sein de la HAS, a jugé inquiétant cet avis négatif. Les traitements symptomatiques participent à une prise en soin des personnes malades qui comprend un volet médical et un volet médicosocial.
En plus du déremboursement total des médicaments (même pour les personnes prises en charge à 100% par l'assurance maladie), la conséquence serait d’envoyer un signal désastreux pour les personnes malades et leurs proches. Comme l’indique Brigitte Huon, vice-présidente de France Alzheimer et maladies apparentées cela pourrait induire : « Il n’y a rien à faire contre cette maladie, cela ne sert donc à rien d’aller consulter ni même de faire le diagnostic. » 
Marisol Touraine a indiqué lors d’une interview sur RTL qu’il n’y aurait pas  "de déremboursement dans l'état actuel des choses" La ministre explique qu'elle veut d'abord que soit mis en place "un protocole de soins". "Tant que ce protocole de soin ne sera pas non seulement élaboré, mais mis en œuvre, la question du déremboursement ne peut pas et ne doit pas se poser", a assuré la ministre de la Santé et des Affaires sociales.
 

Les approches non médicamenteuses 

LA HAS préconise de  « prendre en charge et accompagner les patients en s’appuyant sur une approche non médicamenteuse, globale et pluriprofessionnelle »
Ces approches non-médicamenteuses font déjà aujourd’hui partie intégrante de la prise en soin de la personne malade. Elle consiste à adapter l’environnement de la personne malade et à développer une approche psycho-sociale spécifique ; elle fait appel à de nombreuses disciplines : ergothérapie, psychologie, orthophonie, art-thérapie, neuropsychologie…
 
La prise en charge non médicamenteuse doit continuer à être à développer à domicile, dans les structures médicosociales, associatives, en ambulatoire ou en institution.  Avec plus de 700 actions sur le terrain chaque année, France Alzheimer et maladies apparentées œuvre, grâce à son réseau de 96 associations départementales, pour concrétiser cette approche : atelier à médiation artistique, atelier de mobilisation cognitive, suivi personnalisé malade jeune, halte-relais, actions de convivialité, groupe de parole, activités sportives…
Ces actions s’accompagnent d’un soutien aux proches aidants : formation des aidants, groupes de pairs, atelier de relaxation…
 

 

Partager cet article

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Ce que nous faisons

France Alzheimer est la seule association
française de famille reconnue d’utilité publique dans le domaine de la maladie
d’Alzheimer et des maladies apparentées.

En savoir plus

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.