Présidentielle : les réponses des candidats aux propositions, de France Alzheimer

A l'occasion de l'élection présidentielle 2012, France Alzheimer a interpellé les candidats pour savoir comment ils envisagent de relever les enjeux économiques, sociaux et éthiques soulevés par la maladie d'Alzheimer et les maladies apparentées.

Avec plus de 3 millions de personnes concernées, dont 850 000 personnes atteintes en France et près de 250 000 nouveaux cas diagnostiqués par an, la maladie d'Alzheimer et les maladies apparentées sont une priorité de santé publique. Seule association nationale de familles reconnue d'utilité publique, France Alzheimer interpelle depuis plus de 25 ans les pouvoirs publics en portant les attentes et les revendications des personnes malades et de leurs proches.

La position des candidats à la présidence

Ces dernières années, de nombreuses promesses politiques ont été formulées mais la situation des familles nécessite encore des améliorations. France Alzheimer a donc voulu obtenir de la part des candidats des engagements fermes qui permettent d'agir auprès de celui qui sera élu et de son parti. C'est pour cette raison que l'association a adressé aux candidats à l'élection présidentielle 2012 ses « 10 propositions pour améliorer la vie quotidienne des personnes malades et de leur famille ».
Continuité du plan Alzheimer, pérennisation de l'aide aux aidants familiaux et mise en œuvre de la réforme de la perte d'autonomie font partie des trois thématiques sur lesquelles ont été interrogés les candidats. Leurs réponses sont aujourd'hui portées à la connaissance du public sur un site dédié :

www.francealzheimer-elections2012.org

La maladie d'Alzheimer : un enjeu de société

Au travers de cette action, l'association a souhaité faire émerger les questions de santé publique et les questions économiques inhérentes à la maladie d'Alzheimer, trop souvent absente des débats. « Au-delà des 3 millions de personnes concernées, la maladie d'Alzheimer est au centre de nombreuses problématiques sociétales : place des personnes malades dans la société, rôle et attente des aidants familiaux, difficultés économiques, problème des retraites... En effet, comment une personne retraitée peut-elle assumer le reste à charge de 1 000 euros* d'un proche atteint par la maladie d'Alzheimer quand on sait que la pension moyenne de la retraite des femmes est de 850 euros par mois ? » dénonce Marie-Odile Desana, présidente de France Alzheimer.

L'urgence d'une vraie politique publique

Dans le cadre de ses dix propositions, France Alzheimer insiste sur la nécessité du lancement d'un 4e plan Alzheimer et la mise en œuvre effective de la réforme de la perte d'autonomie. Cependant l'association alerte sur le fait que ces deux mesures ne pourront régler à elles seules la question de la pérennisation des actions et de la reconduction ou non des financements. « Face à une maladie incurable, dont le flux de personnes malades est continu, seule des moyens financiers stables via un investissement plus fort de l'État et la mise en place d'un vraie politique de santé publique autour de la maladie d'Alzheimer sont des réponses adaptées. » conclut Marie-Odile Desana.

Contact presse France Alzheimer :
Laure Antoine - Tél. : 01 42 97 99 85
presse@francealzheimer.org

*Etude socio-économique réalisée en 2010 par France Alzheimer

Télécharger le PDF

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.