La perte d’autonomie : un sujet secondaire pour le nouveau Gouvernement ?

Au lendemain du report de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi pour l’adaptation de la société au vieillissement, initialement prévue ce mercredi 9 avril, France Alzheimer et maladies apparentées ne peut que dénoncer et regretter ce nouveau recul. S’ajoutent à ce report, de nombreux signaux, envoyés ces derniers jours par l’Etat aux personnes en situation de perte d’autonomie, à commencer par les personnes malades d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée, qui ne vont assurément pas dans le bon sens.

Ce mercredi 9 avril 2014 devait être l’une des dates clés de la réforme de l’autonomie. Deux mois après la présentation des principales mesures du projet de loi par Jean-Marc Ayrault et quelques semaines après l’avis rendu par le CESE sur cette réforme, le projet de loi devait, en effet, connaître une nouvelle étape décisive : sa présentation devant l’ensemble des membres du Gouvernement. Hélas, le remaniement ministériel a eu raison de ce calendrier pourtant annoncé à grand renfort de communication. « Preuve que le temps politique est en complet décalage avec le temps des familles. Reporter de plusieurs semaines une loi que les personnes malades et les familles attendent depuis des années dénote un total manque de respect devant la souffrance des personnes », se désole Marie-Odile Desana, présidente de France Alzheimer et maladies apparentées.

Ce report est un signal d’autant plus négatif qu’il n’est pas isolé. L’Association s’inquiète ainsi du manque d’intérêt perceptible du nouveau Gouvernement pour les questions de santé publique. Pour preuve, aucune mention de la santé dans les ministères de tutelle ou secrétariats d’Etat créés. Difficile de comprendre ce manque d’intérêt, notamment pour la question du droit à l’autonomie concernant 1,2 millions de Français dont 850 000 personnes malades d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée (2 millions en 2020). Loin d’être une priorité pour le gouvernement Valls, les questions liées au développement des maladies neurodégénératives n’ont d’ailleurs même pas été mentionnées dans la déclaration de politique générale du nouveau Premier ministre, prononcée mardi 8 avril, devant l’Assemblée nationale.
Seul petit signe positif : la mise en place d’un secrétariat d’Etat dédié à la Famille, aux Personnes âgées et à l’Autonomie. Un enjeu de taille pour la secrétaire d’Etat, Laurence Rossignol. France Alzheimer et maladies apparentées espère qu’elle portera la plus grande attention au dossier de la perte d’autonomie tant les attentes des familles sont grandes au regard de besoins croissants et de promesses jusqu’ici non tenues.

Contacts:
- Agnes Gorczyca, 01 42 97 53 06 / a.gorczyca[at]francealzheimer[point]org
- Taalabi Imad, 01 42 97 99 85 / i.taalabi[at]francealzheimer[point]org
 

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.