Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Notice : Undefined index: prev dans ftprod_prev_next_links_block_view() (ligne 46 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/modules/francealzheimer/ftprod_prev_next_links/ftprod_prev_next_links.module).
  • Notice : Undefined index: next dans ftprod_prev_next_links_block_view() (ligne 54 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/modules/francealzheimer/ftprod_prev_next_links/ftprod_prev_next_links.module).

Dans l'ombre de la personne malade !

Mise à jour le 06 Octobre 2017
-A +A

« Une personne malade, c’est toute une famille qui a besoin d’aide »… 32 ans plus tard, le leitmotiv avancé en 1985 par France Alzheimer et maladies apparentées est plus que jamais d’actualité.

Certes, la personne malade se doit d’être au centre des préoccupations et au cœur des dispositifs de prise en soin. Qui oserait en douter ? Pour autant, il serait dangereux de reléguer au second plan l’aidant, comprenez le conjoint, l’enfant voire l’ami ou le voisin proche qui consacre le plus de temps aux soins et à l’accompagnement de la personne malade. Une réalité qui prend tout son sens quand on sait que près des deux tiers des personnes malades vivent à domicile.

Télécharger notre infographie Qui sont les aidants ?

Cette responsabilité d’aidant peut, si elle est assumée de manière isolée, devenir rapidement préjudiciable à la santé physique et psychologique de celui qui la porte. Et ce malgré toute l’affection qu’il porte à son proche malade. D’autant plus que les troubles liés à la maladie (mémoire, langage, geste, reconnaissance, fonction exécutive) ont un impact directe sur la vie quotidienne et donc sur la relation avec son proche. L’aidant se doit alors de solutionner plusieurs questions s’il entend mieux vivre la maladie de son proche.

  • Comprendre la maladie

C’est un fait : afin d’accompagner une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, il est nécessaire de mieux la comprendre pour notamment anticiper l’évolution, avec la maladie, de ses réactions, de ses expressions, de son comportement. Mieux comprendre, c’est pouvoir adopter l’attitude la plus appropriée.

  • Prendre du répit

La prise en soin du proche malade est un accompagnement de tous les instants. Certains n’hésitent pas à évoquer un engagement 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Savoir prendre du répit est une des conditions essentielles pour éviter dans la durée une situation d’épuisement physique et psychologique. De manière réciproque, cet épuisement aura des conséquences sur la qualité de vie de la personne malade.

  • Maintenir une vie sociale

« Maintenir une vie sociale, c’est éviter que le couple aidant-aidé se replie sur lui-même. », explique Judith Mollard-Palacios, psychologue chez France Alzheimer et maladies apparentées. Par manque de temps, par peur du comportement de la personne malade, par honte du regard des autres, l’aidant peut rapidement réduire sa vie relationnelle et se désocialiser.

  • Accepté d’être aidé

Pour prévenir cet épuisement physique et psychologique, l’aidant va devoir activer tout un réseau d’aides. Il s’agit d’identifier les ressources extérieures existantes dans son environnement familial, amical et de voisinage, mais également auprès des bénévoles France Alzheimer et maladies apparentées, des professionnels du soin, de l’aide à domicile et des structures médico-sociales.

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.