Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 20 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Notice : Undefined index: prev dans ftprod_prev_next_links_block_view() (ligne 46 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/modules/francealzheimer/ftprod_prev_next_links/ftprod_prev_next_links.module).
  • Notice : Undefined index: next dans ftprod_prev_next_links_block_view() (ligne 54 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/modules/francealzheimer/ftprod_prev_next_links/ftprod_prev_next_links.module).

Travailler et aider : la double peine !

Mise à jour le 06 Octobre 2017
-A +A

Concilier responsabilités professionnelles et accompagnement d’un proche malade : c’est l’équation compliquée que doivent résoudre les aidants en activité. 

S’il fallait ne retenir qu’une donnée statistique au moment d’évoquer les aidants en activité professionnelle, ce serait la suivante : un salarié sur douze s’occupe d’un proche en perte d’autonomie (1) (toutes pathologies confondues). Le chiffre est pour le moins préoccupant. Il en deviendrait même très inquiétant si l’on s’intéressait uniquement au plus de 40 ans. En effet, un salarié sur cinq (20 %) de plus de 40 ans est un aidant. Que dire alors des projections anxiogènes qui laissent à penser que cette situation se renforcera dans les années à venir avec le vieillissement de la population, l’expansion des maladies chroniques, l’entrée plus tardive sur le marché du travail et l’allongement de la durée du travail.

Être aidant ne s’arrête pas aux limites du foyer.

Voilà pour les chiffres et les projections sanitaires. En attendant, sur le terrain, la réalité voit les aidants en activité professionnelle concilier responsabilités professionnelles et accompagnement d’un proche malade. Et ce, non sans conséquences comme l’explique Judith Mollard-Palacios, psychologue chez France Alzheimer et maladies apparentées. « Quand on parle des conséquences pour le collaborateur, nous parlons de fatigue

Fatigue physique, absentéisme, stress…

Cette réalité, France Alzheimer et maladies apparentées l’a mise en exergue en 2016 au travers d’une enquête nationale consacrée à l’accompagnement des personnes malades d’Alzheimer par leurs aidants en activité professionnelle (2).

Téléchargez notre infographie Les aidants en activité professionnelle

Ainsi, près de huit aidants sur 10 rencontrent des difficultés pour concilier vie professionnelle et rôle d’aidant :

  • 72 % des répondants considèrent que l’accompagnement de leur proche malade a une incidence négative sur leur concentration et leur efficacité au travail.
  • 43 % indiquent avoir vu leur évolution de carrière freinée en raison des contraintes de l’accompagnement.
  • 44 % d’entre eux ont dû poser des jours de congés ou de RTT pour s’occuper de leur proche.
  • 40 % doivent régulièrement, pendant les heures de travail, organiser l’accompagnement de la personne malade.
  • Un aidant sur quatre a dû aménager ses horaires de travail (24 %) et même le réduire pour 17 % d’entre eux.

Malgré les contraintes de cette double vie, pas question pour ces aidants d’interrompre leur activité professionnelle. 96 % des aidants en activité professionnelle souhaitent maintenir leur activité professionnelle Si l’aspect financier s’avère être le principal argument (87 %), les aidants avancent également d’autres raisons pour expliquer ce maintien dans l’activité, notamment l’occasion de sortir du quotidien de l’accompagnement. Le rôle d’aidant n’est pas non plus sans conséquences sur leur vie personnelle. Il réduit en effet considérablement leur temps récréatif et de loisirs. Devant cette réalité, les aidants expriment des besoins concrets :
- Du temps : la possibilité d’aménager leur temps de travail avec des horaires personnalisés et flexibles (56 %).
- De l’information, de l’écoute, des échanges et de la formation.
- Une meilleure sensibilisation de leurs managers.
- La reconnaissance de leur engagement par les pouvoirs publics

(1) Etude BVA/Fondation Novartis, 2010.
(2) Enquête réalisée, du 15 mars au 26 mai 2016, auprès de 1500 aidants en activité professionnelle, en collaboration avec l’Institut d’études OpinionWay et avec le soutien du groupe Humanis. 

Sensibiliser les salariés et des employeurs
France Alzheimer et maladies apparentées - qui mène régulièrement au sein des structures dont elle est partenaire des temps de sensibilisation et d’information – a édité, en partenariat avec le groupe Humanis, deux dépliants spécifiques : l’un à destination des aidants, l’autre à destination des employeurs.

Télécharger la brochure pour les entreprises en cliquant ici
Télécharger la brochure pour les aidants salariés en cliquant ici

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.