Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 20 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Notice : Undefined index: prev dans ftprod_prev_next_links_block_view() (ligne 46 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/modules/francealzheimer/ftprod_prev_next_links/ftprod_prev_next_links.module).
  • Notice : Undefined index: next dans ftprod_prev_next_links_block_view() (ligne 54 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/modules/francealzheimer/ftprod_prev_next_links/ftprod_prev_next_links.module).

Aidants, même au boulot…

Mise à jour le 18 Octobre 2016
-A +A

Ils accompagnent leur proche malade. Ils exercent aussi, en parallèle, une activité professionnelle ! Résultat : ces aidants sont en proie au stress, à la fatigue physique, à l’isolement social et professionnel.

46 % ! A lui seul, ce pourcentage souligne l’hyperactivité dont font preuve les aidants accompagnant un proche malade et exerçant, dans le même temps, une activité professionnelle. 46 %, soit près d’un aidant sur deux. « La maladie ne nous quitte jamais. Le matin, c’est la première chose à laquelle nous pensons. La journée, elle se rappelle constamment à nous. Le soir, nous prenons nos dispositions pour passer une nuit sereine. Et la nuit, quand elle ne nous réveille pas, elle s’invite dans nos rêves. » Voilà comment un aidant décrivait récemment l’impact de la maladie sur sa vie familiale et professionnelle.

Être aidant ne s’arrête pas aux limites du foyer familial.

Jean François, aidant familial

Si elle concerne aujourd’hui « seulement » un actif sur douze, cette situation devrait se renforcer dans les années à venir. Quatre raisons à cela : le vieillissement de la population, l’expansion des maladies chroniques, l’entrée plus tardive sur le marché du travail, l’allongement de la durée du travail.
 

La responsabilité sociale des entreprises

De plus en plus d’entreprises sont confrontées aux conséquences d’une situation qui voit certains de leurs collaborateurs concilier responsabilités professionnelles et accompagnement d’un proche malade. « On a pris l’habitude de parler de double vie avec la maladie. Il faudrait, à mon sens, parler de triple vie quand vous y ajoutez les responsabilités familiales des aidants », explique Judith Mollard-Palacios, psychologue chez France Alzheimer et maladies apparentées.
Un constat partagé par Jean-François, cadre dans une entreprise agroalimentaire et qui accompagne son épouse malade de 53 ans. « Être aidant ne s’arrête pas aux limites du foyer. C’est téléphoner sur l’heure du déjeuner pour voir si tout va bien ; c’est prendre une demi-journée de RTT pour l’accompagner chez le médecin ; c’est parfois quitter le travail en urgence car ma femme ne répond plus au téléphone ; c’est être aux petits soins après le travail et le weekend, etc. » Sans oublier les responsabilités professionnelles…

Imaginer des arrivées et départs décalés, des congés exceptionnels etc.

Emmanuelle Lièvremont, directrice Diversité et Santé chez L’Oréal

Du côté des employeurs, cette question s’inscrit dans une gestion efficiente des ressources humaines. « Nous parlons de fatigue physique, de perte de concentration, d’absentéisme, de sentiment d’isolement, de stress, d’irritabilité du collaborateur aidant. Cette situation n’est pas saine pour l’entreprise », explique Judith Mollard-Palacios. La mise en place d’un système plus souple au sein des entreprises permettrait de lutter efficacement contre les difficultés identifiées. « C’est un vrai sujet de responsabilité sociale pour les entreprises. Dans les entreprises qui en sont dotées, les assistantes sociales et médecins du travail internes sont en première ligne pour alerter les responsables hiérarchiques. Ces derniers devront ensuite réfléchir à aménager le poste de travail du collaborateur aidant avec, par exemple, la mise en place d’arrivées et départs décalés, de congés exceptionnelles avec maintien de salaire provisoirement », explique Emmanuelle Lièvremont, directrice Diversité et Santé chez L’Oréal.

 

 Retour au sommaire

 

Découvrez notre brochure : Proches aidants en activité professionnelle... Parlez-en !

 

Télécharger la brochure pour les aidants salariés en cliquant ici

 

Découvrez notre brochure : Concilier rôle d'aidant et activité professionnelle

 

Télécharger la brochure pour les entreprises en cliquant ici

 

  

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.