Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 20 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Notice : Undefined index: prev dans ftprod_prev_next_links_block_view() (ligne 46 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/modules/francealzheimer/ftprod_prev_next_links/ftprod_prev_next_links.module).
  • Notice : Undefined index: next dans ftprod_prev_next_links_block_view() (ligne 54 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/modules/francealzheimer/ftprod_prev_next_links/ftprod_prev_next_links.module).

« En établissement, les professionnels aident et la famille aime »

Mise à jour le 21 Juillet 2016
-A +A

Domicile ou établissement ? Et si à l’opposition, il fallait davantage préférer la complémentarité de ces deux espaces de vie. Explications avec Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes agées (AD-PA)

France Alzheimer : Si à domicile, la place et le rôle des familles est facilement compréhensible, la réponse est plus floue pour les familles dont le proche est en établissement. Comment définiriez-vous ce rôle et cette place ?
Pascal Champvert : « La place de la famille à domicile est facilement compréhensible mais difficilement supportable. Dans un certain nombre de cas, l'épuisement de la famille ou du proche aidant est le problème majeur. Cela peut rapidement entrainer des situations dramatiques. En établissement, la place de la famille est à trouver entre l'attente de la personne, l'attente de la famille et ce que peut proposer l'établissement. Dans un mauvais établissement la famille n'a pas de place, mais bien souvent la personne aidée non plus. 
Dans un établissement qui fonctionne correctement cette place doit être discutée au plus près des intérêts de la personne aidée mais aussi de l'aidant. En établissement, les professionnels aident et la famille aime. 
Mais il est parfois difficile pour une famille, qui pense que son devoir est d'aider pour manifester son amour, de trouver sa place par rapport à l'aide des professionnels. »
 
France Alzheimer : Parmi les deux critiques régulièrement développées à l’encontre des établissements, il y a le coût et le manque de places. Ces deux critiques sont-elles toujours d’actualité et comment les solutionner ?
P. C. : « Le problème des établissements n'est pas leur coût. Le coût d'un établissement est extrêmement modique si l'on considère que le coût moyen à la journée est de 75 €. À ce prix-là aucun hôtel-restaurant, aucun club de vacances ne propose en France : l'hébergement, 5 repas, de nombreuses aides dans la journée, l’aide à l'autonomie et tous les loisirs. Pour autant 75 € cela fait 2 200 € par mois ce qui est le double de la retraite moyenne et c'est bien là la difficulté. Le problème n'est pas que les établissements sont chers c'est qu'ils sont mal pris en charge par la collectivité. Un hôpital ou une clinique privée coûte 10 ou 20 fois plus cher, mais les Français peuvent y accéder car c'est la solidarité nationale qui couvre le coût. Pour régler cette difficulté, il faut faire ce qu'ont fait la plupart de nos voisins européens, ce qu’avaient promis Nicolas Sarkozy, puis François Hollande, c'est-à-dire créer une prestation autonomie qui permette de couvrir en grande partie le coût de l'accompagnement en établissement pour personnes âgées. » 
 
France Alzheimer : Quels conseils donner aux familles qui souhaitent entamer les démarches pour trouver un établissement d’accueil à la peur proche malade ?
P. C. : « En premier lieu, il faut associer à la prise de décision la personne concernée quel que soit son handicap et même si elle a des troubles cognitifs. Il est fondamental qu'elle puisse visiter au moins l'établissement dans lequel elle va entrer, si ce n'est une ou deux autres structures. Une entrée en établissement se prépare comme tout déménagement. Il faut se poser des questions longtemps à l'avance sur le type d'établissement qui correspond le mieux aux besoins et aux attentes de la personne et de sa famille : un établissement axé sur l'aspect sanitaire ou organisé comme un domicile, près de chez soi, ou près des enfants, les perspectives de coût et quel financement mettre en place, sont autant de questions qui doivent être mûrement réfléchies. Compte tenu du fait qu'il y a des files d'attente importantes dans les bonnes résidences, prévoir une entrée longtemps à l'avance. »
 
France Alzheimer : En quoi opposer la prise en soin à domicile et celle en établissement est une grave erreur selon vous ?
P. C. : « Opposer établissement et domicile n'a aucun sens car il s'agit bien de promouvoir une politique globale d'aide aux personnes âgées et faire en sorte qu’elles aient le choix entre des établissements de qualité et une vie à domicile de qualité. Les établissements doivent de plus en plus ressembler à des domiciles pour devenir des domiciles regroupés. »
 
France Alzheimer : Les établissements sont-ils vraiment les parents pauvres de la nouvelle loi d’adaptation pour la société au vieillissement ?
P. C. : « La loi d'adaptation de la société au vieillissement va améliorer un peu la situation de nos aînés à domicile en augmentant la prestation autonomie mais les établissements sont les grands absents de cette loi, à part quelques petites améliorations dans les résidences autonomie. Ce qui est insupportable c'est qu'au moment où l'État a réussi à mettre en place un financement nouveau avec la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l'Autonomie qui rapporte à peu près 650 millions d'euros par an on sait que cette somme ne sera pas dépensée en 2016 alors que les besoins restent criants pour les personnes âgées qu'elles vivent à leur domicile ou en établissement. »
 
 

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.