Message d'erreur

Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).

Projets intergénérationnels : des bénéfices pour tous

Mise à jour le 15 Avril 2013
-A +A

Les initiatives impliquant plusieurs générations n’ont cessé de se multiplier ces dernières années : logement collectif, centre socio-culturel dédié, ateliers artistiques… Bien que disparates, ces expériences entraînent des effets bénéfiques sur tous les acteurs qui y participent. Qu' en est-il pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ?

Toutes générations confondues

Dans les cours d’école, de lycée, au bureau entre collègues, à la maison en famille, le mot Alzheimer est souvent présent dans les conversations, que ce soit de façon sérieuse ou sur le ton d’une mauvaise plaisanterie.

Enfants, adolescents, adultes, chacun a un jour évoqué cette maladie et chacun connaît un proche, un ami, un voisin, le grand-parent d’un camarade atteint par cette pathologie. "En ce sens, la prise de conscience Alzheimer est profondément intergénérationnelle", explique Serge Guérin, sociologue et auteur de La nouvelle société des seniors (éditions Michalon). 

"Toutes les générations ont une connaissance de la maladie, alors qu’elle touche principalement des personnes âgées, ce qui n’est pas le cas pour d’autres pathologies comme la maladie de Parkinson. Cette singularité est certainement due au fait que, tout comme le sida, la maladie d’Alzheimer a bouleversé les relations entre la société et le monde médical, jusqu’alors tout puissant et assez cloisonné. 

Cette hiérarchie a été révolutionnée par les patients et les familles qui ont lutté pour une véritable reconnaissance et pour un dialogue plus ouvert. 

La maladie d’Alzheimer a bouleversé les relations entre la société et le monde médical.

A cela, vient s’ajouter le fait que la maladie d’Alzheimer renvoie forcément à une image de soi négative et suscite des angoisses très fortes. L’enjeu d’aujourd’hui est donc de décrypter la chose, sans la stigmatiser."

Au-delà de la maladie

La maladie d’Alzheimer est souvent réduite à une vision fataliste, mais la mise en place d’initiatives intergénérationnelles peut favoriser le dépassement de ce regard négatif. 

"En construisant un projet collectif de solidarité avec des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, on va au-delà de la maladie, on incite à décentrer le regard, à voir la personne non plus seulement comme quelqu’un de malade, mais comme un citoyen à part entière, et on dédramatise ce qui est considéré comme pas normal", souligne Serge Guérin.

La mise en place d’initiatives intergénérationnelles peut favoriser le dépassement de ce regard négatif. 

Les personnes malades ont vite tendance à s’éloigner du réel, ces nouvelles manières d’échanger les "reconnectent" et leur permettent de mieux s’inscrire dans la vie sociale. 

Un avis que partage Martine Dorange, psychosociologue à la Fondation nationale de gérontologie : "Pour maintenir un lien à soi-même correct, nous avons besoin du lien aux autres. Les "vieux" ne sont pas différents de nous, ils ont besoin d’être regardés, d’échanger, de s’exprimer. La capacité des enfants à maintenir les liens au-delà des normes et des codes sociaux est une vraie richesse qui vient atténuer la marginalisation des personnes malades. 

En parallèle, l’apport des "vieux" malades est aussi important pour tous. Si leur mémoire se délite progressivement, ils ont été, quoi qu’il en soit, acteurs de l’histoire collective et familiale, et le sont encore autrement. Ils nous apprennent à grandir, à vieillir, à vivre, quelles que soient les conditions de cette vie, et à mourir aussi."

Ainsi, initier des projets intergénérationnels a une double vocation. Les plus jeunes peuvent mieux comprendre la maladie qui fait encore l’objet de nombreuses idées reçues, et lorsque l’un de leurs proches est malade, mieux exprimer leur souffrance face aux changements de son comportement.

 A l’inverse, les capacités de tolérance et de curiosité des enfants ont un impact positif sur l’estime de soi des personnes malades et leur permettent de stimuler, dans un contexte différent, leurs fonctions cognitives.

Construire ensemble

Les avantages des échanges intergénérationnels sont donc multiples et surtout réciproques. Pour autant, mettre en place un vrai projet intergénérationnel n’est pas simple, car il ne s’agit pas seulement de réunir deux générations dans un même lieu. Pour que les impacts soient bénéfiques, l’échange doit se faire autour d’un projet commun. 

"On ne fait pas de l’intergénérationnel simplement en organisant une rencontre entre deux générations, c’est une démarche qui prend du temps, il faut accompagner les deux groupes, nouer le lien progressivement et penser un projet à construire ensemble, on peut par exemple s’appuyer sur des jardins partagés, des ateliers autour du dessin, de la musique qui permettent d’exprimer les fragilités de chacun, une mobilisation autour d’une même cause comme l’analphabétisme ou la défense des animaux" préconise Serge Guérin.

 Il est essentiel de réunir les deux générations autour d’une activité commune

"Quoi qu’il en soit, il est essentiel de réunir les deux générations autour d’une activité commune qui fasse plaisir à l’une comme à l’autre, ce n’est que de cette façon que l’on peut développer la bienveillance et le respect mutuel qui feront grandir tout le monde."

 

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.