Imprimer

Foire aux questions

Questions fréquentes

-A +A

Pages

Vous n‘avez pas trouvé de réponse à votre question ? Contactez nous >>

Je suis diabétique, ai-je plus de risques d’avoir la maladie.

On sait aujourd’hui que certaines pathologies augmentent le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Parmi elles, le diabète, mais aussi l’hypertension  artérielle et les maladies cardio-vasculaires. Lutter contre ces maladies, c’est donc lutter aussi contre la maladie d’Alzheimer.

Si je monte mes 5 étages à pied tous les jours est-ce que cela peut prévenir la maladie ?

Le manque d’activité physique compte parmi les principaux facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer, largement favorisée par nos modes de vie modernes et sédentaires. Marcher tous les jours , prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, faire un peu de gymnastique participent donc à se protéger de la maladie.

La maladie d’Alzheimer est-elle causée par l’aluminium présent dans l’eau du robinet et de nombreux produits ?

Il s’agit là d’une des idées les plus répandues et pourtant, les nombreux travaux de recherche s’attachant à étudier l’incidence éventuelle de l’aluminium sur la maladie d’Alzheimer n’ont pour l’instant mis en évidence aucun lien concluant.

Quel est le risque d'avoir cette maladie lorsqu'un de nos parents est touché ?

Dans la maladie d'Alzheimer il existe de rares formes familiales (environ 1% des cas) . Pour cela, il doit y avoir une histoire familiale, pas seulement les parents mais aussi les grands-parents et famille plus éloignée (tante, cousine, oncle, …).

Dans la majorité des cas, ce risque n'existe pas. Ce n’est pas la piste génétique qui sera privilégiée par les médecins pour poser le diagnostic.

Peut-on ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer ?

Il est possible de ralentir la rapidité de progression de la maladie en proposant à la personne malade des stimulations adaptées qui concernent tout autant son activité cognitive (mémoire, langage, planification, raisonnement …) grâce à la prise en charge orthophonique et celle proposée en accueil de jour, que son activité relationnelle en poursuivant une vie sociale nourrie et des activités de groupe proposées par les associations France Alzheimer et maladies apparentées.

Toutefois l’efficacité de ces prises en charge n’a pas été scientifiquement prouvée.

La maladie d'Alzheimer fait-elle mourir plus vite ?

L’espérance de vie des personnes malades est inférieure à celle des personnes indemnes de cette affection. Une personne malade diagnostiquée à 65 ans vivra ainsi en moyenne huit ans. Mais la durée est très variable selon les individus, pouvant aller de 3 ans à 20 ans.

Les causes du décès sont diverses. Les personnes meurent soit d’une autre pathologie (cancer, accident vasculaire cérébral, pneumonie), soit à la suite de complications entraînées par la maladie.  La perte d’autonomie, avec pour corollaire la dénutrition, la perte de mobilité, les troubles de la déglutition, favorise des pathologies qui peuvent être fatales. La survenue d’une affection est plus difficile à diagnostiquer et à soigner chez un malade Alzheimer.

Combien d’années d’espérance de vie ont les personnes à partir du moment où elles sont diagnostiquées ? La maladie évolue-t-elle au même rythme pour tous les malades ?

La maladie évolue différemment d'une personne à l'autre, il est donc difficile de répondre mais en général elle évolue sur plusieurs années (8 à 10 ans). L’espérance de vie est aussi liée aux autres pathologies de la personne malade, à partir d’un certain âge il est fréquent de développer plusieurs maladies.

J’ai lu que la prise de tranquillisants favorisait la maladie d’Alzheimer
Que veut dire traitement non-médicamenteux ?

Les stratégies non-médicamenteuses font aujourd’hui partie intégrante de la prise en soin de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elles consistent globalement à adapter l’environnement de la personne malade et à développer une approche psycho-sociale spécifique. Le déploiement des stratégies non-médicamenteuses fait appel à  de  nombreuses disciplines : psychomotricité, ergothérapie, psychologie, orthophonie, art-thérapie…

Y aura-t-il bientôt de nouveaux médicaments ?

Actuellement il existe de très nombreuses études qui testent de nouveaux médicaments concernant le traitement de la maladie d'Alzheimer. Près de 126 médicaments sont aujourd'hui étudiés dans le monde. En France, ce sont les centres experts appelés "centre mémoire de ressources et de recherche" qui proposent aux patients qui le souhaitent de participer à ces études. Plusieurs pistes sont à l'étude : l'immunothérapie ("vaccin anti protéine amyloïde") ou les médicaments agissant contre la protéine tau par exemple.

Pages

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.