Imprimer

Foire aux questions

Questions fréquentes

-A +A

Pages

Vous n‘avez pas trouvé de réponse à votre question ? Contactez nous >>

Peut-on devenir aidant salarié de son parent ?

Vous pouvez tout à fait devenir aidant salarie de vos parents (seul le conjoint ne peut pas l'être).
Même avec des ressources l'aide financière peut être attribuée, elle sera simplement modulée en fonction de leur montant. Cette aide c'est l'APA (Allocation Personnalisée d'Autonomie). Elle se demande auprès du Conseil Général. Vous pouvez être conseillé utilement par le CLIC ( Centre de Liaison, d'Information et de coordination gériatrique) ou la coordination gérontologique de votre commune. Il existe aussi des équipe ESA (Équipe Spécialisée Alzheimer) qui vont au domicile.

Vous pouvez aussi vous rapprocher de l'Association France Alzheimer de votre département, pour le soutien, la formation.

Y a-t-il d'autres aides possibles que l'APA quand on est veuf, avec une petite retraite ?

Si le plan d'aide accordé dans le cadre de l'APA vous semble insuffisant, il faut demander sa révision au Conseil général. Sinon, il faut voir avec la Caisse nationale d'assurance vieillesse ou la Caisse de retraite dont vous dépendez.

À quelles aides financières peut-on avoir droit ? La maladie est-elle prise en charge par la Sécurité sociale ?

Une fois le diagnostic posé, il existe la possibilité de bénéficier de l'APA (allocation personnalisée d'autonomie). Le financement dépend de l'état d'avancée de la maladie. Pour cela le mieux est de se mettre en relation avec les services sociaux (CCAS ou CLIC) proches du domicile du patient. Le médecin généraliste pourra, de son côté demander l’Affection Longue Durée (ALD) pour le malade et permettre la prise en charge de la toilette à domicile, du kinésithérapeute et de l’orthophoniste. Enfin le dossier de demande de carte d’invalidité sera à déposer à la Maison Départementale de Personnes Handicapées (MDPH) et donnera droit à une demi-part aux impôts et cette économie permettra de financer des aides complémentaires au malade.

Un malade d’Alzheimer a-t-il droit à une carte d’invalidité ?

La maladie d’Alzheimer dés quelle est diagnostiquée ouvre droit à la carte d'invalidité.

La demande se fait auprès de la MDPH ( maison départementale des personnes handicapées ). Elle ouvre droit à un certain nombre d'avantages dont 1/2 part d'impôt supplémentaire.

La stimulation cérébrale profonde a montré son efficacité dans la maladie de Parkinson. Est-ce une voie prometteuse pour le traitement de la maladie d’Alzheimer ?

La technique de stimulation magnétique, qui correspond à l’application de courants électriques en surface et qui existe depuis 20 à 25 ans, est relativement efficace pour le traitement de la dépression. Facile d’usage elle ne génère pas d’effets délétères. Des travaux essaient de l’utiliser dans des pathologies neuro dégénératives. Ils montrent des petits effets positifs pour des patients ayant une pathologie relativement focalisée mais cette stimulation ne ralentira pas le cours évolutif de la maladie.

Des anti-inflammatoires existent-ils pour empêcher le développement de la maladie ?

Si tous les essais se sont révélés négatifs jusqu’à présent, certaines molécules ayant une action anti-inflammatoire sont en phase II. Les anti-inflammatoires ont également des effets délétères. En outre, l’inflammation est un mécanisme de défense de l’organisme. Il n’est pas dit  que les anti-inflammatoires soient une solution pendant tout le processus.

Quelles sont les molécules actuellement en essai clinique ?

L’industrie pharmaceutique s’investit beaucoup dans ce domaine, en dépit des échecs successifs. Les molécules actuellement à l’essai ont pour vocation d’inhiber la formation des peptides amyloïdes. Des anticorps anti-amyloïdes et des anti agrégants amyloïdes sont également à l’étude.

Doit-on rester optimiste sur les avancées thérapeutiques (notamment la vaccination) pour guérir définitivement Alzheimer un jour ?

Il faut rester optimiste sur les essais cliniques en cours. Le peptide amyloïde a été identifié en 1985. L'immunothérapie a commencé en 1999 chez l'animal. Nous commençons tout juste à comprendre son fonctionnement. De même, les inhibiteurs de sécrétases seront de plus en plus spécifiques et on peut espérer moins d'effets délétères. Il y a aussi d'autres voies thérapeutiques en cours sur la protéine Tau et la protection des cellules nerveuses.

On m’a dit que l’huile coco prise tous les jours avait un effet ?

Pas une année ne se passe sans qu’on fasse croire qu’on a trouvé le produit miracle contre la maladie d’Alzheimer, huile de coco et vitamine B en tête. Leur efficacité n’a en aucun cas été prouvée. Les seuls aliments qui semblent participer à la diminution du risque de déclin cognitif sont : le poisson (2 ou 3 fois par semaine), le vin e le café (dans des consommations raisonnables bien sûr). Une seule chose est sûre : le meilleur « régime anti-Alzheimer » reste celui d’une alimentation saine et équilibrée et notamment de type méditerranéen (poisson, fruits légumes, huile d’olive).

Si je fais travailler mon cerveau et ma mémoire, est-ce que je suis protégée ?

Mots fléchés, sudokus, jeux de mémoire : toutes les activités faisant travailler les neurones sont excellentes. Mais elles ne suffisent pas . Les études tendent à montrer qu’il y aurait même plus efficace : les relations sociales ! Voir du monde, discuter, débattre, constituerait l’une des meilleures protections contre la maladie d’Alzheimer.

Pages

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.