Lexique

Mise à jour le 05 Novembre 2012

Accueil de jour : un accueil de jour reçoit pendant la journée des personnes malades avec un double objectif : organisation et réalisation d’activités occupationnelles dans un but thérapeutique - répit des aidants familiaux.

AGGIR : cette grille « autonomie gérontologie groupes iso-ressources » est un outil permettant d’évaluer le degré de dépendance physique et psychique des personnes âgées. Elle différencie six groupes de 1 (niveau de dépendance élevé) à 6.

Agnosie : c’est un trouble de reconnaissance qui ne peut être attribué ni à un trouble sensoriel ou de l’attention, ni à des difficultés de dénomination en rapport avec une aphasie. Ainsi, on décrit une agnosie auditive, visuelle, tactile, une agnosie des couleurs.

ALD : une affection de longue durée (ALD) est une maladie qui nécessite un suivi et des soins prolongés (plus de six mois) et des traitements coûteux ouvrant droit à une prise en charge à 100 %. La maladie d’Alzheimer est identifiée comme l’ALD 15.

AMP : l’aide médico-psychologique est un professionnel qui apporte une aide aux personnes âgées dépendantes à cause d’une maladie grave ou d’un handicap.

AMM : c’est l’autorisation de mise sur le marché. La commercialisation d’un médicament n’est possible qu’avec cette autorisation. A ce jour, quatre médicaments disposent d’une AMM, avec comme indication, « maladie d’Alzheimer » : Aricept, Exelon, Reminyl, Ebixa. Ils freinent l’évolution de la maladie et réduisent les troubles du comportement.

Anosognosie : la personne n’est pas consciente d'un déficit ou d'une maladie qui la concerne.

APA : l’Allocation personnalisée pour l’autonomie permet de financer partiellement la prise en charge des conséquences de la perte d’autonomie des personnes de 60 ans et plus, vivant à domicile ou en EHPAD. La dépendance est évaluée par la grille AGGIR. Seules sont éligibles les personnes classées GIR 1, 2, 3 ou 4. Financée pour l'essentiel par le Département, le montant de l'Allocation Personnalisée pour l'Autonomie est déterminé en fonction de la situation et des besoins du bénéficiaire.

Apathie : diminution des capacités de motivation, des capacités du sujet à générer spontanément une réponse adaptée à une situation. On note une tranquille indifférence, mais la souffrance reste souvent cachée.

Aphasie : perte souvent incomplète de la faculté d'utiliser ou de comprendre le langage oral ou écrit.

Apraxie : perte de la faculté d'exécuter des gestes, non secondaire à une paralysie ou à un trouble sensitif. Ainsi l'apraxie constructive : perturbation du dessin, des figures géométriques.

ARS : agence régionale de santé est un établissement public administratif chargé de la mise en œuvre de la politique de santé dans la région.

ASG : assistant de soins en gérontologie, il s’agit d’un aide-soignant ou une aide médico-psychologique déjà expérimenté dans la prise en charge de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et en grande dépendance, qui a suivi la formation relative à l’exercice de la fonction d’ASG et qui exerce dans une structure spécialisée.

CCAS : le Centre communal d’action sociale est le pivot de la politique sociale des communes. Présidé par le maire de la commune ou le président du syndicat intercommunal, il exerce trois types d'attributions :

  • il anime une action générale de prévention et de développement social dans la commune en liaison étroite avec les institutions sociales locales publiques ou privées ;
  • il peut créer et gérer des équipements sociaux et médico-sociaux ;
  • il peut exercer les compétences que le département a confiées à la commune dans le cadre des lois de décentralisation et des transferts de compétences y afférant.

CMRR ou CM2R : centre expert ou centre mémoire de ressources et de recherches. En théorie, il existe ou doit exister un CMRR par région, installé au sein d'un centre hospitalo-universitaire. Il assure une mission de soins, de recherche et d’enseignement. Il travaille en liaison avec les consultations mémoire de la région en assurant un rôle de recours pour les situations complexes.

CNR-MAJ : centre national de référence des malades jeunes

CNSA : caisse nationale de solidarité pour l’autonomie
Cognition : la cognition correspond à l’ensemble des processus aboutissant à la connaissance : la mémoire, le langage, l’exécution d’une activité motrice, l’identification des objets, l’attention, la pensée abstraite (interprétation de proverbes, définition de mots et de concepts), le jugement.

Consultation mémoire : placées en milieu hospitalier, les 234 consultations mémoire labellisées mettent à disposition une équipe pluridisciplinaire (gériatre, neurologue, neuro-psychologue, infirmière…) spécialisée dans la conduite du diagnostic de la maladie d’Alzheimer et dans l’initiation d’un traitement.

Déficit cholinergique : l’acétylcholine est un neurotransmetteur. Elle est impliquée dans la maladie d’Alzheimer. Pour compenser le déficit constaté lors de la maladie, on fait appel aux inhibiteurs de l’acétylcholinestérase. En effet, l’acétylcholinestérase, normalement présente entre les cellules nerveuses, détruit l’acétylcholine. Donc les inhibiteurs freinent cette destruction et restaurent le taux d’acétylcholine. Ils contribuent ainsi à rétablir un équilibre biochimique satisfaisant : ce sont les médicaments actuellement commercialisés avec l’indication « maladie d’Alzheimer ».

EHPAD : les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes accueillent un nombre croissant de personnes présentant une maladie d’Alzheimer (environ 70%). Au nombre de 6 100, ils doivent s’organiser pour offrir une qualité d’accompagnement de ces personnes : formation des personnels, aménagements architecturaux, organisation…

Epidémiologie : l’épidémiologie décrit, pour les différentes maladies, aiguës ou chroniques, l’incidence (nombre de nouveaux cas par an) et la prévalence (nombre de personnes présentant la maladie, une année donnée). Elle  étudie les rapports qui existent entre les maladies et divers facteurs (mode de vie, milieu ambiant ou social, particularités individuelles) susceptibles d'exercer une influence sur leur fréquence, leur distribution et leur évolution.

ESA : équipes spécialisées Alzheimer composées d’un psychomotricien ou d’un ergothérapeute, d’assistants de soins en gérontologie et d’un infirmier coordinateur), formés à la réhabilitation et l’accompagnement des personnes malades et de leur entourage. Ces équipes interviennent à domicile sur prescription médicale auprès des personnes à un stade léger ou modéré de la maladie. Ces interventions sont prises en charge par la Sécurité sociale, en plus des soins infirmiers.

HAS : la Haute autorité de santé est en place le 1er janvier 2005. Organisme d'expertise scientifique, consultatif, public et indépendant, elle est chargée d’évaluer l'utilité médicale de l'ensemble des actes, prestations et produits de santé, de mettre en œuvre la certification des établissements de santé et de promouvoir les bonnes pratiques et le bon usage des soins auprès des professionnels de santé et du grand public.

HT : l’hébergement temporaire est une formule d’accueil limitée dans le temps. Il s’adresse aux personnes âgées dont le maintien à domicile est momentanément compromis du fait d’une situation de crise : isolement, absence des aidants, départ en vacances, travaux dans le logement, etc.

MAIA : maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer. Dix sept expérimentations sont actuellement conduites, avec un objectif de généralisation. Ces dispositifs sont des lieux de coordination associant le secteur sanitaire et le secteur médico-social, représentant un guichet unique ou porte d’entrée unique pour les utilisateurs.

MMSE : test d’évaluation globale du fonctionnement cognitif. C’est une aide au diagnostic, mais ce test est aussi très utile pour le suivi de la maladie.
Le score maximum est de 30 : il est obtenu chez les personnes normales. Le niveau du score est un indicateur qui permet de différencier différents stades de la maladie:

Neurotransmetteurs : substances chimiques libérées entre deux cellules nerveuses permettant la transmission de l’influx nerveux et donc d’un message entre elles.

NPI : les troubles du comportement sont une souffrance pour les personnes malades, leur entourage familial et interpellent les équipes soignantes. L’échelle neuro-psychiatric inventory (NPI) ou inventaire neuro-psychiatrique en permet l’évaluation. Il existe deux versions : version destinée au bilan médical, une version destinée aux équipes soignantes.

PASA : pôle d'activités et de soins adaptés, ils proposent, pendant la journée, aux résidents des EHPAD ayant des troubles du comportement modérés, des activités sociales et thérapeutiques au sein d’un espace de vie spécialement aménagé.

Plasticité neuronale : c'est la réponse donnée par le cerveau pour s'adapter aux nouvelles situations et rétablir un équilibre altéré.

PFR : les plateformes de répit ont été conçues afin de permettre aux aidants de proximité des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer de disposer de relais professionnel leur permettant de marquer une pause dans leur accompagnement rapproché.

Prosopagnosie : Trouble de l’identification des visages connus

Réserve cognitive : toutes les stratégies et les connaissances acquises pendant la vie représentent la réserve cognitive. Elle dépend des études et des activités pratiquées.

SMR : la notion de service médical rendu correspond à un degré de prise en charge par l’assurance maladie d’un médicament. 

SPASAD : service polyvalent d’aide et de soin à domicile Les services qui assurent les missions d’un service de soins infirmiers à domicile et les missions d’un service d’aide et d’accompagnement à domicile sont dénommés services polyvalents d’aide et de soins à domicile

SSAD : les services d’aide et d’accompagnement à domicile assurent, au domicile des personnes, des prestations de services ménagères et des prestations d’aide à la personne pour les activités et les actes essentiels de la vie quotidienne, hors ceux réalisés, sur prescription médicale, par les services de soins infirmiers à domicile.

SSIAD : les services de soins infirmiers à domicile assurent, sur prescription médicale, des prestations de soins infirmiers sous la forme de soins techniques ou de soins de base et relationnels

SSR : les services de soins de suite et réadaptation Il s’agit de services hospitaliers, anciennement appelés moyens séjours, prenant en charge des patients soit à l’issue d’un séjour dans un autre service hospitalier, soit directement du lieu de vie, notamment dans les suites d’une affection aigue ou d’une intervention chirurgicale afin d’optimiser les chances de récupération, et de réadapter le patient.

UCC : l’unité cognitivo-comportementale est une unité de soins de suite et réadaptation à visée cognitivo-comportementale accueillant des patients atteints d’une maladie d’Alzheimer ou d’une  maladie apparentée et présentant des troubles du comportement aigus.
UHR : les Unités d’hébergement renforcé. Destinées à des personnes ayant des troubles importants du comportement, ces unités accueillent, nuit et jour, dix à douze résidents. Elles répondent à tous les critères d’un lieu d’hébergement et d’un lieu de soins adaptés.

USLD : les unités de soins longue durée sont destinées aux personnes âgées en perte d'autonomie, nécessitant une surveillance médicale permanente de même que des soins réguliers et constants.

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

FRANCE ALZHEIMER c'est 120 associations près de chez vous

Faire un don

France Alzheimer est agréée
par le comité de la charte
Don en confiance
Comité de la charte don de confiance