La « nouvelle » maison pour tous

-A +A

30 % des personnes malades d’Alzheimer (ou d’une pathologie apparentée) vivent en établissement. Un cadre où se côtoient trois acteurs clés : personnes malades, familles, professionnels. Chacun doit y occuper sa place. Le bien-être de tous en dépend.

Derrière une personne malade, toute une famille

La communication est l’élément déterminant afin d’éviter une présence « étouffante » des familles pour le personnel ou, a contrario, une absence difficile à vivre pour le proche malade.

Des droits et des devoirs

La loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale précise les droits des familles et leur exercice à travers plusieurs outils.

Familles : les bonnes questions à se poser

Passage en revue des questions à se poser au moment d’envisager avec son proche malade une future entrée en établissement. Localisation, coût, professionnels à disposition… Rien ne doit être laissé au hasard.

Ces établissements qui montrent la voie

Fin 2015, France Alzheimer et maladies apparentées dévoilait les lauréats de son appel à prix axé sur : « Maladie d’Alzheimer : rôle et place des familles en établissement d’hébergement. » 

« En établissement, les professionnels aident et la famille aime »

Domicile ou établissement ? Et si à l’opposition, il fallait davantage préférer la complémentarité de ces deux espaces de vie. Explications avec Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes agées (AD-PA)

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.