Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 20 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).

Générations Alzheimer

Mise à jour le 28 Juin 2017
-A +A

Entre présence rassurante, écoute apaisante, soutien physique, partage d’informations, chaque membre de la famille a un rôle à jouer pour permettre à la cellule familiale de faire face à la maladie.

 

Depuis plus de 30 ans, France Alzheimer et maladies apparentées construit ses actions autour d’un seul et même leitmotiv : « Une personne malade, c’est toute une famille qui a besoin d’aide. » L’Association a d’ailleurs fait de cette déclaration, sa « marque de fabrique. »
Car la maladie ne se réduit pas à la personne malade. Elle ne se réduit pas non plus à l’aidant proche. Elle va, au contraire, avoir des conséquences qui se diffuseront au sein de toute la cellule familiale. Des enfants du couple « aidant-aidé » à leurs petits-enfants en passant par les frères, les cousins, les nièces, etc. : chacun est directement concerné, chacun a un rôle à jouer pour permettre à la famille de mieux vivre la difficile expérience de la maladie. Parmi les rôles à assumer par ces aidants « plus éloignés », ceux d’une présence rassurante, d’une écoute apaisante, d’un soutien physique, du partage d’informations sur la maladie avec l’aidant proche…  Terminés donc le statut d’enfants et petits-enfants, centre de toutes les attentions. Avec la maladie, ils sont devenus des soutiens, des médiateurs, des décideurs, des protecteurs, des conseillers. A l’image du statut des petits-enfants, c’est bel et bien la position de chaque être de la famille qui est renégociée, avec au centre la personne malade.

Faire aussi avec le regard des autres

Comment nourrir l’histoire familiale quand la ressource mémoire de la famille fait défaut ? Comment faire évoluer de manière sereine les relations avec la personne malade et son aidant proche ? Quelle démarche à adopter pour assurer une relative continuité entre l’avant et l’après diagnostic ? Autant de questions qui se posent avec l’arrivée de la maladie et dont les réponses doivent être apportées de manière collective par tous les membres de la famille.

Une maladie encore taboue et sujette à de nombreuses idées-reçues

Parler des liens intergénérationnels, c’est bien entendu analyser les relations familiales mais c’est aussi aborder les relations que chaque génération de la famille entretient avec la société. En effet, les « liens intergénérationnels externes » ne doivent pas être négligés. Ces relations avec le monde extérieur voient les familles touchées par la maladie devoir faire face aux préjugés et aux idées reçues. A contrario, ce sont ces mêmes relations qui leur permettent de mener au quotidien une action de sensibilisation autour d’eux… En d’autres termes : ne pas susciter le rejet, la pitié, l’incompréhension, le jugement voire les réflexions déplacées tout en participant activement à l’information d’autrui.
C’est là tout le paradoxe d’une maladie d’Alzheimer qui, malgré le tabou qu’elle suscite, est sujette à de multiples prises de position.

Retrouvez les témoignages sur : 

https://www.youtube.com/user/francealzheimer

Entre présence rassurante, écoute apaisante, soutien physique, partage d’informations, chaque membre de la famille a un rôle à jouer pour permettre à la cellule familiale de faire face à la maladie.

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.