Message d'erreur

Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).

[Trois questions à] « La vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain »

Mise à jour le 28 Juin 2017
-A +A

Directrice de l’association France Alzheimer Loiret depuis septembre 2010, Florence Grandvilliers est également la directrice des trois accueils de jour. Une responsabilité administrative, juridique, financière et humaine qui occupe la majeure de son temps de travail.

France Alzheimer : Serait-il exagéré d’affirmer qu’aujourd’hui les accueils de jour sont devenus incontournables, pour ne pas dire une nécessité pour les familles ?

Florence Grandvilliers : « Non, si l’on considère que ces trois accueils de jour profitent à une centaine de familles. Non, si on considère que le taux d’occupation des trois structures avoisine, en moyenne, les 70-80%. Non, si l’on prend en compte les objectifs de l’accueil de jour tant à destination des personnes malades qu’à destination de leur entourage proche. Enfin, il ne faut pas oublier que France Alzheimer gère 3 accueils de jour sur les 7 que compte le département. Cela donne une idée de leur importance. »

France Alzheimer : D’un point de vue extérieur, le taux de fréquentation comme la spécificité de disposer de trois accueils de jour renvoient l’image d’une organisation très efficace. Malgré tout, la gestion de ce dispositif est-elle en interne parfois compliquée ?

F. G. : « Pas parfois mais tout le temps. La raison en est simple : d’un point de vue comptable, notre budget se construit sur la prévision de taux de présence. Or, la maladie rend le quotidien imprévisible et il est toujours difficile de dire si une personne malade viendra. Elle peut ne pas avoir envie de venir ou ne pas être en capacités de participer. Au final, nous devons parfois jongler entre des listes d’attente mais aussi des absences de dernière heure. C’est parfois une source de stress. Nous nous fixons aussi des contraintes comme celle de ne surtout pas dépasser le forfait de 30 € par jour pour ne pas ajouter une autre source de discrimination des familles. Aujourd’hui nous réussissons à respecter ce prérequis. Il y a également tout l’aspect des ressources humaines inhérentes au fonctionnement des trois accueils entre notre centaine de bénévoles, nos intervenants, notre vingtaine de salariés. D’ailleurs, pour rendre plus performant le fonctionnement de notre association dans sa globalité vis-à-vis des familles, nous réfléchissons actuellement à la refonte de notre projet associatif et à la réorganisation fonctionnelle de notre structure. Pour ce, nous avons souhaité nous faire accompagner par un cabinet d’audit externe. »

France Alzheimer : Une chose est sure, vous avez depuis 2011 solutionné en grande partie la question des transports…

F. G. : « Ce fut un projet important pour le bon fonctionnement de nos accueils de jour car nous étions conscients que la problématique des transports, notamment en milieu rural, était un frein à la participation. Aujourd’hui, grâce à la mobilisation d’un prestataire de transport et à l’engagement de bénévoles, le système fonctionne même s’il est fragile et parfois source de stress. En fait, la vérité d’une semaine n’est jamais celle de la suivante. »
 

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.