Message d'erreur

Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).

La personne est-elle consciente d'être malade ?

Mise à jour le 28 Juin 2017
-A +A

Une personne atteinte d’une maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée a bien évidemment conscience de ne plus pouvoir mener sa vie comme avant.

Même s’il peut être plus tranquillisant pour les proches de se dire qu’elle ne se rend compte de rien, on peut être surpris quand, au milieu d’un discours confus, apparaît une expression d’une réalité déconcertante.

Au début de la maladie

La personne malade se trouve confrontée, de plus en plus fréquemment, à des difficultés d’organisation dans ses activités quotidiennes.

Dans ce nouveau contexte, elle peut réagir différemment :

  • La dénégation : la personne malade met en place des stratégies qui laisseront à penser qu’elle ne se rend compte de rien. Elle nie la réalité et s’oppose le plus souvent à l’intervention de son entourage pour que celui-ci ne découvre pas ses difficultés.
  • Le repli sur soi : la personne malade restreint progressivement ses activités et a tendance à se replier sur elle-même. Le début d’une maladie d’Alzheimer est souvent accompagné d’un syndrome dépressif en réaction à l’installation de la pathologie.
  • L’abattement : la personne malade exprime un sentiment de vide, de désorganisation intérieure et la souffrance de ne plus pouvoir être efficace comme avant. Elle a besoin du soutien affectif de son entourage et éventuellement d’un soutien psychologique extérieur.

A un stade plus avancé de la maladie

Une personne malade restera très longtemps sensible à l’attitude des autres à son égard.

La personne atteinte n’aura peut-être pas une conscience fine de l’ensemble de ses troubles. En revanche, elle restera très sensible à l’attitude des autres à son égard.

Une personne malade est souvent décrite comme « hyper syntone », c’est-à-dire qu’elle ressent très profondément l’ambiance et le climat qui l’entourent.  Ainsi, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée sent incontestablement les choses, et ce de façon intuitive et très pertinente.

Le calme et la compréhension des accompagnants apporteront donc à la personne un sentiment de sécurité. A l’inverse, agacement et tension produiront trouble et agitation.

 

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.