Message d'erreur

Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).

L'errance

Mise à jour le 28 Juin 2017
-A +A

Une personne atteinte de maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée, à un certain stade de sa maladie, peut se trouver en situation de danger parce qu’elle s’est perdue.

Les causes du phénomène d’errance sont multiples : la personne peut ressentir le besoin de marcher, d’aller de l’avant, c’est-à-dire d’être active, dans une dynamique de vie. Elle peut aussi, ne reconnaissant pas son environnement ou éprouvant un mal-être, vouloir sortir, à la recherche d’un ailleurs. Ce désir, légitime, se conjugue avec la difficulté qu’elle a pour s’orienter. Elle risque de ne plus avoir la possibilité de maîtriser la situation, l’angoisse aggravant encore ses troubles.

L’objectif est donc de protéger la personne qui court un risque tout en favorisant son autonomie. C’est seulement dans le cas où l’on constate l’existence d’un risque réel que l’on pensera à réduire sa liberté d’aller et venir.

On le fera en préservant le plus possible son autonomie qui détermine le pouvoir qu’elle a sur les choses et la valorise à ses propres yeux. L’idéal reste la présence humaine (conjoint, professionnel) mais il est vrai que ce n’est pas toujours envisageable.

L’objectif est de protéger la personne qui court un risque tout en favorisant son autonomie.

Les différents dispositifs

  • La téléalarme n’est pas la meilleure  solution, la personne malade ne pourra vraisemblablement pas utiliser ce type d’équipement en cas de détresse.
     
  • L’enfermement à clé au sein de l’habitation peut apparaître comme une solution simple. Si sa sécurité en sera sûrement accrue, on peut s’interroger sur ses effets. La personne, trouvant la porte fermée et sentant sa liberté entravée, risque de s’acharner à l’ouvrir et, de manière quasi obsessionnelle, inspecter les autres issues : portes, fenêtres… Elle finira peut-être par sortir mais dans un état d’agitation intense qui accroît encore le danger.
     
  • La géolocalisation, bracelets, balises permettent à la fois de laisser la personne malade libre de ses mouvements dans un périmètre préalablement défini et d’assurer sa sécurité par le déclenchement d’une alerte au moment du franchissement de ce périmètre. Ces dispositifs sont à première vue très séduisants, cependant plusieurs précautions s’imposent : veiller attentivement aux différentes conditions offertes (contrat, durée, période d’essai, coût…), expliquer calmement à la personne pourquoi et comment fonctionne ce dispositif et s’assurer de son consentement durable. En aucun cas, un dispositif de géolocalisation ne peut dispenser d’une aide humaine pour aller rechercher la personne égarée et la ramener chez elle.

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.