Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 35 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--actualit_.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 46 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--actualit_.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 52 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--actualit_.tpl.php).

Bon sang ne saurait mentir

Mise à jour le 17 Octobre 2017 | Actualités
-A +A

Des chercheurs japonais ont récemment avancé le principe de la filtration extracorporelle (dialyse) pour prévenir la maladie.

Les chercheurs qui étaient présents fin juillet, à Londres, à l’occasion du Congrès de l’Association international Alzheimer connaissaient, à coup sûr, le principe de la dialyse. En revanche, ils n’avaient pas connaissance de son utilisation pour prévenir la maladie d’Alzheimer. Autant dire que l’information et la technique présentées par des chercheurs japonais de l’université Fujita Health ont fait sensation. Leur approche curative ne fait intervenir ni molécules, ni anticorps. Elle repose sur le principe de la dialyse (hémofiltration). Ou plus précisément sur celui de la diffusion qui veut qu’une molécule migre toujours du milieu le plus concentré vers le milieu où elle est le moins concentrée… L’équipe japonaise a émis l’hypothèse que si l’on filtrait les protéines amyloïdes circulant dans le sang, celles contenues dans le cerveau migreraient automatiquement vers le sang « nettoyé ». Ainsi, les chercheurs ont pu, en l’espace de 30 minutes, extraire 90 % des protéines amyloïdes contenues dans le sang chez le rat. Pour un résultat identique chez l’Homme, il faut compter 5 heures.

Agir avant la formation d’agrégats de Tau

Les premiers résultats observés chez des personnes malades sont encourageants. Les chercheurs ont noté chez les personnes « dialysées » (souffrant d’insuffisance rénale) une amélioration de la cognition, une évolution plus lente de la maladie et un impact plus modéré de cette dernière. Des observations qui pourraient être liées à la maîtrise du taux d’amyloïde dans le cerveau. S’il règlerait en grande partie la question de l’amyloïde, le dispositif n’agit pas sur la protéine Tau, autre caractéristique de la maladie. Le modèle aujourd’hui défendu par la communauté scientifique est que selon un principe de cascade, les plaques amyloïdes entraineraient le dysfonctionnement de la protéine Tau. L’idée est donc d’agir aux premiers stades de la maladie avant que les agrégats de Tau phosphorylé n’apparaissent. À ce titre, cette stratégie thérapeutique n’est efficace qu’à l’issue d’un diagnostic précoce, d’où l’enjeu d’identifier des biomarqueurs permettant de caractériser des populations cibles.

 

Partager cet article

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Ce que nous faisons

France Alzheimer est la seule association
française de famille reconnue d’utilité publique dans le domaine de la maladie
d’Alzheimer et des maladies apparentées.

En savoir plus

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.