Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 20 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).

Le repas

Mise à jour le 28 Juin 2017
-A +A

Les repas sont souvent des moments de partage au sein des familles que l’arrivée de la maladie vient bousculer. Les troubles de l’alimentation et la désorganisation des repas qu’elle entraîne peuvent rapidement semer une certaine incompréhension entre vous et la personne malade.

L’évolution des troubles

Au début de la maladie, c’est principalement l’oubli de manger et de s’approvisionner qui est constaté.

Quand la maladie progresse, ce sont des troubles du rythme alimentaire qui apparaissent, ils sont liés aux troubles de la mémoire et à la désorientation spatio-temporelle. Par exemple, la personne malade ne mange pas aux heures habituelles, grignote la nuit ou réclame de la nourriture dès la sortie de table. Ce déséquilibre alimentaire est fréquent tout comme le tri sélectif des aliments.

A un stade plus avancé, deux comportements alimentaires s’opposent. Certaines personnes ne vont plus s’alimenter suffisamment et d’autres au contraire seront dans une phase hyperphagique en mangeant beaucoup et très vite.

Dénutrition, amaigrissement et fausses routes

Les risques majeurs liés à la nourriture sont la dénutrition, l’amaigrissement (une personne peut être dénutrie sans être amaigrie) et les fausses routes. 

L’enjeu est d’augmenter l’apport en énergie et en protéines sans augmenter les quantités.

Lorsque l’on détecte une baisse d’appétit, un amaigrissement ou une dénutrition chez une personne malade, l’enjeu est d’augmenter l’apport en énergie et en protéines sans augmenter les quantités afin d’être sûr que la personne mangera l’intégralité des plats proposés. C’est le principe de l’enrichissement.

Un certain nombre de mesures sont à mettre en place pour prévenir les fausses routes : une bonne hygiène de la bouche, des conditions de repas sereines, une bonne installation à table et un choix sélectif des plats et des boissons. Il peut être opportun d’effectuer un bilan chez un orthophoniste ou un kinésithérapeute.

Simplifier autant que possible

Il est important de savoir se simplifier la tâche. Si faire les courses à deux est devenu trop compliqué, et si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à les faire seul(e).

De même, avoir recours aux produits surgelés ou en conserves plutôt que systématiquement au frais, aux plats préparés plutôt que « fait maison » sera salutaire. L’idée est vraiment d’oublier les principes et de faire « avec les moyens du bord ».

 

Découvrez l'interview de Judith Mollard, experte psychologue

     

 
En partenariat avec Doctissimo.

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.