Message d'erreur

Strict warning : Only variables should be passed by reference dans include() (ligne 29 dans /var/www/vhosts/francealzheimer.org/web/sites/all/themes/francealzheimer/templates/node--article.tpl.php).

La conduite automobile

Mise à jour le 28 Juin 2017
-A +A

Conduire est une activité complexe qui exige des réactions rapides, des sens en alerte et des décisions immédiates. Pour une personne atteinte de maladie d’Alzheimer, conduire devient inévitablement difficile.

Etre compréhensif

Savoir à quel moment une personne atteinte d’une maladie d’Alzheimer doit cesser de conduire est extrêmement délicat, non seulement pour la famille, mais aussi pour le médecin traitant.

Rares sont les personnes malades
qui décident spontanément de renoncer à la conduite automobile.

La personne malade qui conduit suscite une grande préoccupation dans son entourage qui s’inquiète constamment de sa sécurité et de celle d’autrui. Rares sont les personnes malades qui décident spontanément de renoncer à la conduite automobile.
C’est pourquoi y renoncer est souvent vécu comme une perte très importante. Soyez compréhensif durant cette période difficile, car l’ancien conducteur peut se retrouver déprimé, mais aussi se sentir furieux.

Quand intervenir ?

Une interdiction systématique est à éviter. La conduite dépend de l’acuité visuelle ainsi que de l’appréciation spatiale, et des capacités attentionnelles, facultés qui ne sont pas nécessairement altérées chez toutes les personnes malades, immédiatement et de la même manière.

L’incidence de la maladie sur la capacité à conduire doit être évoquée dans les différentes consultations médicales et le point sur ce sujet doit être fait régulièrement avec la personne malade.

Il s’agit de ne pas laisser se développer des situations dangereuses pour les uns et les autres. En définitive, c’est en prenant en compte les compétences conservées et celles qui sont perdues que l’on pourra au mieux évaluer les risques encourus.

Les signes qui doivent vous alerter

  • l’incapacité de la personne malade à localiser les endroits connus ;
  • son non-respect des signaux du code de la route ;
  • le fait qu’elle roule à des vitesses inappropriées ;
  • qu’elle prenne des décisions trop lentes dans la circulation ;
  • qu’elle se fâche ou se sente indécise en conduisant.

Dans tous les cas, lorsque la décision d’interrompre la conduite est prise conjointement par le médecin et la famille, il ne faut jamais revenir en arrière.

Pour en savoir plus:

RECEVOIR NOS INFORMATIONS PAR EMAIL

 

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue.

- Désinscription à tout moment en un seul clic.

Trouvez de l'aide

Newsletter - Restez informé

C'est la première étape pour vaincre la maladie

- Votre adresse e-mail ne sera ni echangée, ni vendue. - Désinscription à tout moment en un seul clic.